Archive for décembre, 2008

De bonnes fêtes à tous!

Posted in Perlouzes solitaires on décembre 19th, 2008 by gerard – Be the first to comment

Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs,

La période festive qui commence me donne l’occasion de vous présenter mes bons souhaits.

Et d’abord, un très Joyeux Noël au milieu de ceux et celles que vous aimez le plus!

churchsign07.jpg

Passez ensuite le meilleur temps possible pour la naissance de la nouvelle année. Je vous présente mes meilleurs voeux pour 2009, que tous vos rêves deviennent réalité!

[kml_flashembed fversion= »8.0.0″ movie= »http://gigaproduction.fefaine.be/files/Meilleurs_voeux_2009.SWF » targetclass= »flashmovie » publishmethod= »static » width= »400″ height= »300″]

Amen!

Gérard

NB: L’animation a été réalisée par Thierry, un autre ami belge, à qui je dois reconnaissance et remerciements.//

Journal intime d’Eva Braun.

Posted in Perlouzes solitaires on décembre 14th, 2008 by gerard – Commentaires fermés sur Journal intime d’Eva Braun.

Ces documents sensationnels viennent d’être retrouvés, tout à fait par hasard, dans les archives commerciales de la Maison Braun (rasoirs, fers à friser, sèche-cheveux…). Il s’agit du journal intime, hélas très fragmentaire, d’Eva Braun. Mais les quelques feuillets reconstitués donnent un éclairage nouveau sur la vie quotidienne du couple maudit que nous avons tous en mémoire.
La traduction du patois bavarois en français classique fut réalisée grâce à une machine Enigma encore en état de marche.eva-braun-1

26 Février 1932: Ach! Auchourd’hui, che me zuis payé la rikolate te ma fie! Che tenais la boutike te photo te mon batron et il y afait un gross orache tehors: Il tompait tes hallepartes! Tout à koup, la porte tu makazin s’oufre et che fois entrer un ponhomme en imberméaple chiffonné, mouillé komme une zoupe, on aurait tit une zouris trembé tans l’huile! Za moustache et za mèche ruizelaient komme tes karkouilles. Il fenait chercher tes tiraches te za chienne « Plondi » en long, en larche et en trafers, à tel point ke che l’ai bris pour un zoophile.eva-braun-2

Franchement, il m’a fait penzer auzzi à Charlot et ch’ai kommenzé à pouffer… « Poufiasse frauleïn! » K’il m’a tit ze bedit kon. Che te lui ai filé une zakrée mantale sur la choue k’il en est resté komme teux ronds te flan. Mais il toit être un peu mazo zur les pords, kar il z’est auzitôt kalmé et m’a téklaré: « Arch so! Che fois k’on a tu karactère! Pien, très pien, ch’aime za! ».eva-braun-3

Che n’ai zu ke blus tard ke mon batron, Heinrich Hoffmann, était le photokraphe attitré du klein monzieur. Touchours est-il ke le zoir-même, Herr Hoffmann m’a brié te fenir au zinéma et ke, zur plaze, il m’a fait azzeoir à kôté de ki? Che fous le tonne en mille: le bedit aforton de l’abrès-miti!!!
Ze moustachu m’a alors fait du krinke et m’a infité, abrès la zéanze, à une retraite aux flampeaux rien ke tous les teux. N’ayant rien à klanter zur mon achenta, komme une krosse bourrike, ch’ai akzepté za brobozition, ch’aurais tû me méfier t’un type zans barabluie kand il bleut, z’est pas komme Mister Chamberlain ki fait zi propre zur lui. Ch’ignorais alors que zette renkontre allait chancher mon ekzitenze!

27 Février 1932: Z’était intérezzant, on a fait kriller des frankfurter au-tessus t’un feu te krante kalité (Lifres de Thomas Mann, Einstein, Berthold Brecht, etc) et ch’ai bris zwei kilos! On z’en est léché les toigts, mais foilà-t’il bas ke ze betit ficieux a foulu lécher autre choze; che te lui ai palancé un koup te pied tans les choyeuzes k’il en est tefenu tepuis, baraît-il, féchétarien. Et ch’ai achouté: « Bas de ça avek moi, mein herr, ch’ai 20 ans et che zuis une fraie cheune fille et il faut temanter la permizzion à baba zi fous foulez kontinuer à faire führer avek moi! » Il a eu un zourire en koin et, t’un air ententu, m’a répontu: « Yawohl, che m’en okkupe! »

28 Février 1932: Z’est très kurieux, auchourd’hui Baba a tisparu. Ma zoeur était là, tes mezzieurs en manteaux de kuir noir avek un prassard marqué: « SS » l’ont, tit-on, emmené viziter un noufeau kamp de fakanzes « Dachau », ki a tout le konfort moterne, gaz kompris. Ch’ai temanté à ma franchine ze ke « 44 » foulait tire, elle m’a répontu « T’es touchours aussi konne, za feut tire « Zékurité Zoziale »! Il en a te la chanze mein vater! Ze même chour, ch’ai rezu une infitation bour renkontrer les kamarates te mon noufeau  « poyfriend ».

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….

12 Mars 1932: Za z’est passé à Perlin, tans la toute neufe Chanzellerie, enkore en trafaux, et z’est là ke ch’ai kombris ke mon Atolf _Ia, che zais, z’est bas terriple komme brénom, mais z’aurait bu être bire!(1)_ était autre choze ke le konzierche tans zette taule… Il m’a brézenté Laurel et Hardy, ou blutôt Goebbels und Goering. Une bedite muzaraigne teigneuse ki n’a zessé te me rakonter tes schweinen hiztoires et un kros bachyterme, tékoré komme un tannembaum de Noël, et ki a foulu à tout brix faire une polka pikée avek moi. Ch’ai eu l’imbrezzion de basser tans une lezzifeuze… et ch’ai pertu drei kilos! Zette krosse enflure m’a afoué ke za faizait déchà bluzieurs années k’il ne ze foyait blus pizzer, mais ke zon pâton te Maréchal te l’Air lui zervait te kuide-zizi. Zes teux-là, et tous les autres, zemplaient très respektueux te mon noufeau kombagnon, kar chake fois, ils lui faizaient une zorte de pras d’honneur en l’appelant « Zigue! », zuivi t’un kri te touleur:  « Aïe! ». Atolf zemple abbrézier, Pof! En tout kas, ch’ai fu k’il était militaire puisk’il bortait un uniforme, Baba zerait kontent ke che vrékente un fonkzionnaire, là au moins le zalaire est azzuré… et on peut faire karrière.
En fin te zoirée, il m’a koinzée tans l’intimité te zon futur pureau ki toit faire l’ékifalent d’un terrain te football et là… il m’a roulé za bremière belle. Mein gott! La moustache, za pike!!!eva-braun-4

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
30 Janvier 1933: Za y est, mon Atolf n’aura blus à skwater la chanzellerie! Il est defenu Chanzelier en titre du Reich. Moi, la fie montaine te la kapitale ne me blaît bas trop, et ch’ai déchà tes fues bour nous faire konstruire un bedit nid t’amour tans l’Obersalzberg, un pled pertu ki z’appelle Berschtesgaden. Atolf est t’akkord et feut l’appeler « Berghof »… abrès tout, bourkoi bas? Nos relazions zont touchours platonikes et chaztes: un beu de touche-bibi bar-zi bar-là, une turlute de temps en temps et puis schlass!!! Il n’aura rien t’autre tant ke che n’aurai bas la pague au toigt! Nein mais!…
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
9 Août 1936: Mein grosse liebe m’a emmené aux Cheux Olympikes foir le relais 4X100 m féminin; bas de zouzi à se faire, nos frauleïns ont pattu le rekord du monde en ½ finale, zette finale sera tonk une formalité. Le state est krand, très propre, les chens étaient kontents, tout paignait tans le schnaps… Mais krosse katastrophe: Marie Dollinger et Ilse Dörffeldt ze zont foutues tetans et le relais est tompé. Zi on achoute à zette diskalifikation ke z’est un nèkre ki a raflé toutes les métailles en kourzes de fitesse, fous imachinez ke l’Atolf était bas à prentre avek tes pinzettes rentrés à la maizon! Z’est pour le konzoler ke ch’ai enfin zédé à zes afanzes:
Ach! Mein Gott! Ch’ai été blutôt interlokée de foir za zézette, fikurez-vous 2 bretzels surmontés t’une kulasse mopile (très) de Mauser. Et Pan! Za n’a pas traîné bour tirer zon koup! Il abelle za le blitz-liebe! Hors te lui k’il était l’Atolf, il foziférait komme kand il barle au mikro:  « Baiss’ta gain’gretchen que j’bais’ta croup’! »(2) Ze ne fut pas Eylau, nein, mais ze ne fut pas Leipzig, ze fut l’heure où l’on rekrette t’être à la kolle!(3): Tizons k’aux J.O. Il aurait eu une note très moyenne tonk non kalifikatife, et pour kelk’un ki ze tit de la raze zupérieure, za la fout blutôt mal!

10 Août 1936: Ze matin, en me réfeillant, il y afait un klein paket zur ma taple te nuit: Z’était une paire te poukles t’oreilles en tiamants en forme te kroix kammée. Pon, za n’est bas tu meilleur koût mais z’est le cheste ki kompte, n’est-ze-bas? Moi, che fais lui faire auzzi un bedit kateau, mais zelon mes moyens éfitemment, ch’ai benzé à un yoyo, z’est zimble und zymbathike. Z’il m’aime fraiment, il tefra touchours l’afoir zur lui… eva-braun-5

Buis, en lizant les chournaux, ch’ai abbris k’Ilse Dörffeldt et Marie Dollinger afaient myztérieuzement dizparu, étranche, très étranche…

11 Août 1936: Ouf, che zuis razzurée! On a refu les 2 zprinteuses mankantes tans une paze de rebos à Ravensbruck; che tis « rebos » kar elles étaient en pychama (rayé). Ponne rékupérazion mestemoizelles! On fit fraiment tans un schöne vaterland krâze à mon Atolf!
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
31 Août 1939: Afek mon Chules, on aime pien ze faire tirer les kartes bar les tizeurs te ponne afenture, zelui te ze chour était bartikulièrement prézis:(Afant la zéanze, ch’ai temanté, en apparté, zi che zerais un chour Frau Hitler, le mache m’a azzuré ke « Ia! »).
-Bour moi, le tevin me foyait pien Reine t’un monte zouterrain et afek un maufais koût tans la pouche (n’imborde koi!).
-Muzzolini finira flottant tans le fent te l’Hiztoire (Ch’ai rien kompris!)
-Franko finira flottant tans zes fêtements (Bareil!)
-Les Brézidents amérikains ki se sukzèderont zeront tignes tes meilleurs amuzeurs publiks, et leur QI ne bourra ekzèder 50.
-La future Reine t’Ankleterre ze fera embabaouté par un krek ki lui klokera 4 kozzes auzzi laids les uns ke les autres.
-Les futures Reines te Hollante ne bourront chamais tescentre au-tezzous te 120 kilos.
-Pautoin, le futur héritier te la kouronne pelge, ki a l’air zi kon, zi timite et zi komplexé finira par ze faire une prouette auzzi moche ke lui.
-Bour les französen, elle préfoit le portel permanent juske fers 2230, tate où toutes les nazions ze feront abzorber par la bloutocrazie chutéo-mazonnike d’outre-Atlantike. On barlera touz un sabir anglo-yiddish, zauf ke mon preux chefalier Atolf, à la tête du IIIème Reich de 1000 ans, embêchera zette téchénérescenze!eva-braun-6

-Bour der gross Reich Allemand z’oufre donk une lonke périote de Baix et de Brosbérité, il n’est bas kestion te faire la kuerre afant 2 ou 3 zièkles!

1er Septembre 1939: Atolfounet enfahit la Bologne! Pof!… Au moins, kand il fait chouchou afek zes kartes t’Etat-Machor, ch’ai la baix à la maizon. Enfin, che beux fumer, me makiller, brentre un pain à boil zi che feux (Il aime bas tu tout za!). Mais za proufe k’il n’a bas ékouté le tefin ze bedit enfoi…(le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
9 Avril 1940: 2ème tournée avek le Tanemark! Che lui ai tit t’arrêter de dékonn…(le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
10 Avril 1940: Il remet za avek la Norfèche! Kand z’est k’il fa zezzer, Budain te Portel te Merte… (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
10 Mai 1940: Bis repetita avek les Pays-Pas, la Pelgike et le Lukzempourg. Kelle zanté! Z’est bas bossiple t’être auzzi kouill…. (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
22 Mai 1940: Y’blus te Frankreich, hé oui! Halt afek toutes zes konner… (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
1er Juin 1940: Z’est le tour tes îles Anklo-Normantes! Et buis blus rien… Est-ze k’il zerait fatiké l’Atolf? Z’est pien les hommes za, tu leur tis t’aller arracher les kartofells au fond tu chardin, il trafaille 10 minutes komme un tinke, les 10 autres minutes za mollit, enkore 10 minutes et on le retroufe au troket tu koin en train te poire avek les kopains!
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
2 Mars 1941: Et z’est reparti pour aller aiter ze krand kouillon de Penito: Tans la fouléé, y’a blus te Youkozlafie, t’Alpanie, te Pulkarie et te Krèze! Ch’arrête bas te lui répèter te faire la baix, mais z’est komme zi che pizzais en l’air bour attraber un Messerschmitt 109! Il est du chenre « Kauze touchours, tu m’intérezzes! », il fait ze k’il feut ze bedit kabrizieux! Ch’en ai fraiment blein le k… (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
15 Mars 1941: Touchours à kauze te ze fout-la-merte de Penito: Nous foilà en Zyrénaïke maintenant! K’il aille donk ze faire enk… (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
11 Mai 1941: Ze klown te Rudolf Hess a chourafé un afion pour aller atterrir en Ekosse berzonne ne zait au chuste pour koi faire (Même bas lui che barie!)… Tans la pante t’allumés ki entoure mein Atolf, il faut tire ke z’était le blus parchot! Pon téparras!
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
22 Juin 1941: Alors là, y me troue le kul le mouztachu, foilà-t’il bas k’il z’attake à la Ruzzie auchourt’hui. Che le lui ai tit bourtant: « Mein liebe, tu as les zyeux blus kros ke le fentre!  Za fa mal ze koupiller, tu fas finir par te faire zotomizer tans les krantes larcheurs! »… (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
7 Décembre 1941: Et allez tonk! Bentant k’on y est, nous foilà en kuerre avek les Etats-Unis! Les peaux fims avek Clark Gable, Gary Cooper ou Errol Flynn, z’est fini! Il fa falloir z’inkurchiter nos mertes nazionales(-zozialistes, ach! Ah! Ah! Ah! Zuis-che trôle kand même! Heureuzement ke berzonne ne lit ze chournal, zinon che me retrouverais fite fait pien fait à Bergen-Belsen!).
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
31 Décembre 1941/ 1er Janvier 1942: Réfeillon au Berghof, tout le bonde était schlass zauf Atolf ki ne poit ke te l’eau! Che lui ai fait kateau t’une noufelle « Plondi »(zeizième du nom che krois!), et lui m’a offert un apri pétonné zous la filla, kelle télikatesse! Himmler, en zon nom et zelui te zes kollaporateurs (Heydrich, Hartl, Schellenberg, Eichman, etc… ) m’a komplée avek un kollier à triple rangs te dents en or (Mais où font-ils chercher tes kadeaux zi orichinaux?). Ze krand farzeur d’Albert Speer m’a tit ke ch’étais très « CHICots » ainzi, on a pien ri même zi che n’ai kompris l’aztuze ke 3 heures abrès! On z’est pien amuzé, nous zommes kaziment les maîtres du welt tepuis le 19 Tézempre où notre faleureux fürher est defenu Kommantant en Chef tes Armées, k’est-ze qui pourrait azzomprir une bareille félizité???
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
31 Décembre 1942/ 1er Janvier 1943: Nous fenons te pazzer une année mi-fike mi-raizin: On afanze, on rekule en Ruzzie, komment feux-tu… (une partie illisible)… Un ou teux pompartements zur Perlin, on biétine à Ztalinkrat, le front est te blus en blus élastike, mais tans l’enzemple za va bas drop mal. Zette année, on est à Perlin bour ze faire la bize zous le kui: Z’est auzzi téchanté ke l’an ternier! On est tous zaouls komme tes bolonais, à bart ki fous zavez ki m’a offert une cholie poîte à pilules déchà karnie te stryknine (Il m’a tit ke z’était un fortifiant), moi ch’ai fait tes folies en lui achetant drois chemizes hawaïennes bour aller faire tu zurf tès ke la kuerre zera finie, z’est-à-tire la zemaine prochaine t’après ze prafe Josef Goebbels et zes zervizes… Touchours auzzi nofateur, le chentil Himmler m’a enkore kâtée: lampe avek immenze apat-chour, zous-main et nézezzaire te pureau en féritaple peau tatouée te mille motifs charmants et te pon koût.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
3 Février 1943: Oh budain! Za pranle tans le manche auchourt’hui! Atolf est tans zes maufais chours, baraît’il k’on a bris une tékulottée à Ztalinkrat, bourtant la ratio minimize l’éfènement. Y bousse un beu le Goebbels, kar ch’ai fu les chiffres zur le pureau de mon chéri: 210 000 kapputs, 91 000  brizonniers tont un Maréchal et 24 chénéraux. Zi zà z’est bas une pranlée te bremière, che feux pien  m’enkacher bour l’Ostfront tès ze zoir!
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
25 Juillet 1943: On krèfe te chaud zet été, même au Berghof où che zuis maintenant preske tout le temps. Tout allait prima und wunderbar, mais ze matin Atolf a abbris ke zon pote Penito z’est fait firer te za plaze bar le Krand Konzeil Faschiste hier zoir. Téchà k’on tonnait bas cher te la kompattifité tes mancheurs te spaketti, za fa bas aller en z’améliorant maindenant!
Bour moi, che kontinue te tenir le rôle te la ponne ménachère, on rezoit les amis, on barle, on choue, on rit, ke tu ponheur!eva-braun-7

Che brends un tas de photos et te films te tout zà, et che téveloppe moi-même les bellikules, z’est ma krante pazzion, mon chéri ekzepté éfitemment!eva-braun-8

Bour tétentre l’atmosphère, Martin Bormann nous en a rakonté une pien ponne: «Z’est teux bétés ki z’enk…. »… (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
18 Octobre 1943: Atolf a peaukoup trafaillé zes temps-zi: Abrès ke les noufeaux tirichants makaronis aient kabitulés le 8 Zeptempre (Z’était bréfiziple!), il a fait télifrer zon kopain 4 chours abrès, l’a fait ramené izi et l’a rekonflé à plok bour k’il reparte au charbon. Za z’est te l’amitié!
Ze zoir il a kazzé la parrake au mikro bar un tizkours ratiotiffuzé zur le Volkssturm. Kelle énerchie! Le zoir même, ch’ai eu troit à za lefée en mazze berzonnelle! Houlàlà, komme dizent les franzözen!
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
31 Décembre 1943/ 1er Janvier 1944: Ach! Maknifike réfeillon à Berchtesgaden! Chamais on z’est tant amuzé: Goering avek une lankue te pelle-mère tans le proze, Goebbels avek tes oreilles t’éléphant, Atolf et un chabeau de mirliton, Himmler en bas rézille, moi en Marie Dollinger au rebos, etc…tout za faizait la ronte (Ch’ai bas ozé tire « chenille » kar za éfoke trop les panzers) à la keu-leu-leu en chantant le « Horst Wessel » zur l’air tes lampions… Oups, parton! Bour Goebbels, baraît-il ke z’était zes fraies oreilles, tézolée!… Blus za zent la téroute finale et blus on z’amuze. Kel tékonneur ze Himmler, ch’ai eu troit zette année à une poîte de zafonnettes « hyper-konzentrées » (Elles fiennent de kamps portant le même kalifikatif à ze k’il m’a tit) et un tailleur tissé avek tes chefeux, mais où fa-d’il chercher tout za? … Mein mann m’a offert une audre poîte bour pilules mais il m’a tit te cheter les anziennes et te les remblazer par zelles-zi ki zont au zyanure « donk peaukoup blus fitaminées » a-t’il achouté.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
12 Juin 1944: On a inaukuré les lanzements te V1 zur la keule tes rosbifs; z’est bour rébondre au téparkement du 6 Chuin en Normantie bar les alliés. Il est komme za Atolf:« Zi tu feux m’emmerter, che t’emmerterais auzzi! »… (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
20 Juillet 1944: Kelle chournée! Te kros méchants ponzhommes ont foulu faire tu mal à mon amant en lui foutant une zakrée pompe tans la zalle de konférenze te zon Krand Etat Machor en Bruzze Orientale. Za a fait POUM! Atolf z’en est tiré avek tes ékhymozes au pras et une zurtité zéfère (zur ze ternier boint, che penze ke la mazturpazion toit y être auzzi bour kelke choze, il z’ennuie tellement zans moi le baufre chéri!), par kontre, ki est-ce ki fa tevoir rafistoler le bandalon te môôôzieur? Z’est moi, et che fous tis bas tans kel état il est zon frok!!!eva-braun-9

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
14 Septembre 1944: Za fa bas trop pien! Le krand homme est refenu zur Perlin abrès ke les ruzkofs aient mis leurs zales bieds en Boméranie le 25 Août.
Abrès le téparkement en Zizile l’an ternier et un noufel arrifache en Brovenze ze 15 Août, on ne zait blus où tonner du panzer. Zerize zur le kâteau, foilà les yankees ki ont mis leurs rangers bourris à l’ouest tans le vaterland!
Mais Atolf a blus t’un tour tans zon zac: les armes zekrètes et un Volkssturm de 16 à 60 ans. Il fa retourner la zituazion ke zes kons t’alliés en rezteront zur le k… (le reste illisible)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
31 Décembre 1944/ 1er Janvier 1945: Pon! Zette année le réfeillon est à Perlin te noufeau, on z’est tous enkore mis minaples mais z’est bas la même ampianze k’au Berghof, même zi l’afiazion anklo-amérikaine fait te kros efforts bour nous fournir te fapuleux feux d’ardifize tous les zoirs! Atolf a fait un bedit speech:eva-braun-10

« Ch’esbère ke l’an prochain _  « A Chéruzalem! » m’a murmuré à l’oreille ze poute-en-drain te Speer!_ on ze fera la kolozzale fest zur les ruines tes bloutokraties chudéo-mazonnikes akonizantes! » Himmler a enkore fait fort en nous offrant tout un mopilier de champre à koucher à paze te fémurs, te tipias et t’omoblates. Tézitément, zi ch’ai l’okkazion, il faut apzolument ke che lui temante l’adrezze de zes fours(nizzeurs)! Bour ze ki nous konzerne, les temps zont turs, ch’afais trikoté un kache-nez pien chaud bour mein liebe, et lui m’a offert une liazze te pons te razionnement bour tu zaintoux et tes rutabakas. Kelle folie, kelle chénérozité! Krâze aux raids aériens, on a bas fermé l’oeil te toute la nacht, z’était kand même un beu lonkuet zur la fin!
Temain, Atolf rezte au pureau et che rebars rezpirer l’air pur de Pafière.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
6 Février 1945: Auchourt’hui, ch’ai 33 ans! Komme le Khrist, mais ch’esbère fifre blus longtemps ke lui (Ah! Ah! Ah! Ah! L’humour chermanike, y’a ke za te frai!). Hier, Joukov a lanzé une krozze offenzife zur l’Oder et ze matin Atolf m’a téléphoné pour me zouhaiter pon anniferzaire et bour ke ch’aille rekarter tans zon pureau z’il n’afait bas ouplié zes pilules antikonztibazion. Che les ai bas troufées, mais ch’ai fu tes chozes intérezzantes:
Il y afait un dikzionnaire et ch’ai rekardé les téfinizions de « stryknine » et « zyanure ». Et te eins! Ch’ai lu un babier où l’Atolf ortonnait berzonnellement l’ékzékution te mon kouzin Gertraud Weisker parze k’il foulait z’enfuir en Zuète avek za maîtrezze. Et te zwei! Che me zuis rabellé ze ke ze kouzin m’afait tit l’été ternier au Berghof à brobos te la zitwazion réelle te la kuerre et k’il afait ententu à la BBC. A l’époke che m’étais moké te lui et lui afait rébété k’ékouter la ratio anklaize était « streng verboten ». Et te drei! Ch’en ai azzez t’aztiker la maizon, che me zuis tézité à enkacher une kamériste berzonnelle zans en barler à ze bedit zalikaud ki fait zes koups en douze. Eh pien moi auzzi! Komme che n’ai chamais t’archent likite zur moi, che la baierai avek mes fieux fêtements, il fautra donk k’elle me rezzemple zurtout bour la taille, le tour te tête, la bointure des kants, etc, etc… Et te vier(4)! On m’a trop bris bour une krosse konne zes temps-zi, tès ze zoir che me mets à la méthote Assimil, à moi les pelles lankes étranchères komme l’anklais et l’ezpagnol! Et te fünf! On toit enkore ze foir tans les chours à fenir, zoit à Perlin, zoit à Berchtesgaden, che fais lui faire une krozze farze en téréklant le betit tampour te la méthote Ogino-Knaus(5) ke nous utilizons. Et te sechs!…
eva-braun-11

(le reste pratiquement illisible, sauf la dernière ligne qui dit: «… Et te 125!» – NDLR: Elle était remontée, la fraülein!)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
20 Avril 1945: Il n’y afait bas teux chours ke ch’étais te retour tans la kapitale ke la pataille te Perlin  kommenzait (17 Afril). Tepuis on fit effectifement tans un « monte zouterrain » puisk’on est inztallés tans le bunker te la Chanzellerie. Bar kuriozité et entre teux alertes, che zuis allée cheter un koup d’oeil tans le pureau où il m’a emprazzée bour la bremière fois: Arch so! Y’a du ménache à faire! K’ils komptent blus zur moi bour ke che m’y kolle! Pazzons!
Auchourt’hui, mon ponhomme a 56 ans et ch’ai une merfeilleuze zurprize bour lui. Auparafant, il est allé dourner, bour les aktualidés tu zinéma, un bedit film tans les chardins te la Chanzellerie en tékorant tes kamins à beine zevrés. En rentrant, on lui a tous chanté « Gutt geburstag! » et on a pu une koupe te Champagne. Buis, che l’ai tiré tans un koin pour lui annonzer mon kadeau: « Che zuis enzeinte de 3 zemaines/un mois enfiron! » Ch’aurais kru k’il allait zauter te choie au blafond tu bunker ou faire les bieds au mur, mais nein, za a blutôt eu l’air de le faire kaguer zette hiztoire. « Et te 126, me zuis-che penzé tans ma tête! »…
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Dimanche 29 Avril 1945: Enfin za y est, Atolfounet a ratrabbé tous les imbairs et toutes les kaffes te zes terniers chours en me brobozant… tefinez koi? Le MARIACHE!!! Youp là là, dralalalalère, ch’fais m’abbeler Frau Hitler tézormais! Z’est la kloire, l’abothéoze! Za fallait le koup t’attentre jusk’à auchourt’hui!
La zérémonie fut drès zimple (on est en kuerre, ne l’ouplions bas!), tes témoins breztichieux (Goebbels, Bormann), un kidam te l’état zifil k’on est allé chercher tans les kouloirs tu médro (Pof!), un fond zonore ekztraortinaire t’orkes de Ztaline, fourni bar les ruzzes à moins te 450 mètres tu bunker. Zeule ompre au tapleau, le Champagne était tiète et il tompait tes bedits krafats tetans bentant k’on trinkait. Toute la maizonnée nous a félizité, z’était chouette! Chamais che n’afais été zi heureuze!
Buis mon mari z’est retiré avek za zekrétaire bour dikter zon desdament, kel farzeur zelui-là!
Ze zoir, che mettrai ma bedite nuizette kokine kouleur feldgrau bour émouztiller ze krand fou! Ch’ai préfu te faire tout ze k’il bréfère:
eva-braun-12

Lundi 30 Avril 1945: Izi, la nacht n’a bas tenu zes bromezzes, bar kontre, au-tezzus, à la Chanzellerie, za a tû être un frai portel, ils ont tanzé tout le temps, on leur a temanté d’arrêter mais z’est komme zi on afait kraché zur un T34 bour le ztobber! Toute la matinée, Atolf a zerré tes mains aux rares tignitaires enkore zur plaze et à tout le perzonnel tu bunker…
Fers 15 h 20, il me temante te le rechointre tans la zalle te konférenze.
eva-braun-13

Che lui tis « T’akkord, mais afant, che tois aller faire bibi, za bresse! » et che kours aux doilettes. Komme che tardais, il est fenu frabber à la borte: « Efa, k’est-ze ke tu fabrikes? Tébêches-toi chérie, fiens, che me meurs t’amour bour toi! » Ch’ai tis:  « Moi auzzi mein liebe, mais il faut le temps… Ch’arrife, ch’arrife!»…eva-braun-14

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
.  .  .
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
31 Décembre 1945/ 1er Janvier 1946: (6) Madre de Dios! Esta una noche qué yé m’en rappélérai  sempre! Yé accouchado dé joumeaux vers medianoche, yé vais les appeler Abraham et Rebecca, coume ça yé sérai plous emmerdata con la polizia argentina. Ils nous rompas les cojones con molto contrôlès!

Yé eu ouna grossezza muy pertubata: Ma yé bénis tous les dias lé cielo d’avoir eu la bonna idéa d’engageata una cameriera à l’insou dé tout lé mondo. Esta ella qué yé fait sortir dé WC dans lé bounker, la povrecita s’est empoisonnata à ma plaça. Sortir dé cé piège à con n’a pas été trop difficilo. Cachée dans ouna armoira, yé attendou 2 ou 3 heuras et yé souis sortie sanzo problemo, y’avait plous oun gato dans la plazza… Dans Berlino devastato, personna né faisait plous attencion à personna! Yé réoussi à aller chez ouna amiga qui m’a hébergeata, m’a donnata dé falsos docoumentos (au nom t’ Eva Nouidanlanatur, réssortissanté roumainé) , m’a misè en relationès con una filiera por quittar los païs. Fino dé Mayo, y’étais à Hambourgo et yé prénnais oun bateau por Buenos-Ayres.
Sour place dès la mi-juin, yé vido muchos gentos qué yé connaissais en Allemagna, ma on fait tous semblant dé né pas sé réconnaîtré! (Yé mêmé vou Martin Bormann, en gaucho della Pampa, con ouna moustacha à la Zapatta!) Yé trabaja chez oun photographisto et yé fais dès portraitos. Una clienta est dévénou una amiga porque ella a lé mêmè prénommo qué mé, son marido est muy bien plaçato dans l’armata; esta ouna rélation qué yé intéresto à guardar.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
4 Juin 1946: Après avoir gagnato lès éléctionnès dé Febrero, los marido dé mia amiga (Qu’on appella « Evita » por évitar dé nous confondrès) es dévénou hoy los Présidente dell’Argentina. Yé leur ai démandé aussitôt dé mé pistonnar por oun visa à destinacion dès Estados Unidos.
Les bébés vont muy bien et né posent aucoun problémo.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
4 Juillet 1946: (6) Aoh! I landed in New-York city in the middle of June with my babies.(7) Je traînassais dans les streets en me demandant jusqu’à quand durerait le petit pécule donné par les gentils Peron. Il y avait une canicule terrible sur la ville, en plus c’était la fête nationale. J’ai acheté à un marchand ambulant une belle tranche de watermellon tellement j’avais soif! Un guy s’est approché de moi et m’a dit: « Elles sont bonnes mes pastèques? » J’ai fait étalage de mes connaissances en américain contemporain: « WTF ?» Il m’a alors expliqué qu’il était fermier dans le Texas, et qu’il était actuellement in the Big Apple pour un Congrès de producteurs de watermellons, qu’il en profitait pour voir s’il ne pouvait pas se dégoter une petite wife parce que sa famille le poussait in the ass pour qu’il se marie. En rigolant, et en montrant les bébés, je lui ai dit que j’étais disponible. Il a vidé son Colt en l’air en criant « Yeepee! » Il a dit que c’était perfect, because il était impuissant depuis qu’il avait reçu un éclat de grenade japonaise dans les balls, mais que sa mom and son daddy l’ignoraient, et qu’on allait se marier tout de suite (enfin, tomorrow because today c’était férié!), qu’il reconnaîtrait les enfants et que ses parents ne le feraient plus chier avec cette histoire de descendance. J’ai dit: « Bingo!»
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
5 Juillet 1956: Today, on a fêté nos 10 ans de mariage avec Marmaduke _ Yeah! I know, it’s not the top for a name, but I’ve the habit now!_  Nous habitons in an asshole of the world, mais je ne m’en plains pas: Mes beaux-parents sont très gentils, ils nous gâtent beaucoup ainsi qu’ Abe and Becky, je peux fumer, me maquiller, me baigner en bikini dans ma piscine qui fait l’équivalent d’un terrain de football, pour la bagatelle j’ai le choix dans l’équipe de récolteurs noirs de watermellons mais, naturally, j’utilise des… (Ach! Komment ils tizent « kapote » téchà? Ia, za y est!)… condoms; à part qu’il fume beaucoup, qu’il boit comme un trou et qu’il dévore comme un ogre, mon mari est adorable mais, à côté de lui, Herman Goering avait la taille mannequin. Il y a 2 ans nous sommes allés 15 jours en holidays à Hawaï et j’ai fait du surf, et puis il y a le cinéma à Dallas à 20 miles de la maison, et puis il y a surtout la télévision, et puis un mixer multifonctions… et puis… et puis…(le reste n’est pas illisible mais franchement chiant!)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
25 Novembre 1976: Today, c’est Thanksgiving et j’ai réuni traditionnellement toute my family à Palm Springs (Californie) autour de ma spécialité « the turkey in brownshirt »(NDLR: cf http://www.dailymotion.com/video/x5m7r1_recettegermanique_fun ). Bien sûr, mon mari nous manque beaucoup, il est mort d’un cancer des poumons en 66, il ne pesait plus que 150 kilos. Le fait qu’Abe devenait soutien de famille l’a empêché d’aller au Viet-Nam, il a alors fait son Service Militaire en garnison en Allemagne, il en a ramené une épouse, Gertrud, une pacifiste à tout crin gauchiste sur les bords et anarchiste au milieu, il était convaincu à l’époque que ce pays vivait encore comme au Moyen-Age, ils ont 2 kids, Hans (8 ans) and Gretel (9 ans), et vivent à Dallas où Mr Abraham Smith est un estimable prothésiste dentaire (rateliers, dents en gold, appareils d’orthodontie) et un respectable Conseiller Municipal républicain. Avec le prénom qu’elle a, ma fille a rencontré très tôt et épousé Salomon Kissinger, apparenté au diplomate Henry du même nom et qui a eu le Prix Nobel de la Paix il y a 3 ans, il est dans le business des armes et se fait les couilles en or, ils vivent magnifiquement en Floride et ont 2 kids, Isaac (9 ans) and Golda (10 ans) qui vont passer chaque année leurs vacances dans un kibboutz en Israël. J’ai très bien vendu la maison, les terres et les entrepôts du Texas; j’ai placé l’argent en bourse et je vis fort bien de mes rentes depuis une quinzaine d’années, installée dans une confortable maison en Californie. Depuis sa libération en 1966(8), j’ai renoué très discrètement par lettres avec Albert Speer, il a promis de venir me voir, en prenant des précautions, si la promotion de ses bouquins l’amenait un jour pas loin d’ici.

A 64 ans, je commence à en avoir un peu marre de tenir un journal comme une pucelle mélancolique, et j’ai dit à mon gendre Salomon de ranger tout ça dans une quelconque boîte où il a des actions.
Nous étions 10 autour de la table, si on compte ma chienne Blondie, et on a bien rigolé!!!(9)

Ici s’arrête cet intéressant document dont Gigaproduction a obtenu l’intégralité des droits d’exploitation.

Gérard – 2008

(1)= Eva fait sans doute allusion ici à Baldur von Schirach , Chef des Jeunesses Hitlériennes, qu’on francise souvent en Balladur con Chirac.
(2)= Jacques Brel nous rappellera cette désopilante plaisanterie dans sa chanson: « Le Caporal Casse-Pompons» http://de.youtube.com/watch?v=ya2j-Y3rfSc .
(3)= Jacques Brel eut une inspiration presque équivalente dans sa chanson: « Au suivant!» https://www.youtube.com/watch?v=lQfRhMvceME

(4)= Vier (prononcez « Fi-ir ») signifie « quatre », cette précision vaut pour les pays de langue d’oc.
(5)= Méthode contraceptive jusqu’au milieu du XXème siècle: cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Ogino
(6)= On notera au passage la remarquable adaptabilité de la machine Enigma à toutes sortes de langues étrangères.(NDLR: Ah! Quand les allemands se mettent à la mécanique, c’est toujours le top!)
(7)= Pour une meilleure intelligibilité, à partir de là, ce sont les services de traduction de Gigaproduction qui ont pris le relais.
(8)= Condamné à 20 ans de réclusion en 1946 au Procès de Nuremberg, l’ex-architecte du führer décèdera d’une AVC à Londres, en 1981, au cours d’une tournée pour ses livres. Il n’aura jamais mis les pieds aux USA.
(9)= Le 2 Mai 2005, the obituary du «  Palm Springs News » faisait état du décès, le 30 Avril(?), de Mrs Eva Smith née Nouidanlanatur à l’âge de 93 ans. La famille éplorée (enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants) s’interroge toujours sur les derniers mots de cette citoyenne discrète: « Scheisse! 60 ans de sursis, that’s not bad at all…»

Santos Mirasierra

Posted in Perlouzes solitaires on décembre 11th, 2008 by gerard – Be the first to comment

                              HONTE D’ETRE MARSEILLAIS !

On reste confondu de perplexité devant le cas de ce vociférateur-gesticulateur en passe d’être bientôt canonisé par un amalgame d’abrutis bêlant et d’hystériques pathologiques dont le seul but dans l’existence est de sacrifier au dieu « Ohême » nonobstant toutes les vraies richesses de la vie.

En fait, qui est ce clampin chignonné, tatoué, percé, enrobé? C’est le capo du commando ultra 84 qui participait, avec toute sa force de caractère, à l’éducation linguistique de ses nervis. Il leur apprenait à répèter avec application ces belles images de rhétorique qui, hélas, nous font connaître et reconnaître au-delà des limites des Bouches-du-Rhône: « Paris, on t’enc…! », « L’arbitre au pati(=chiottes en provençal) !», « On vous le met! », etc… Ce doux poète, bien comme il faut, a connu la gloire le soir du 1er Octobre 2008 au stade de Madrid où, à l’en croire, il pratique, malgré lui, la télékinésie avec des sièges, il est le Talleyrand des négociateurs avec la police espagnole et la victime expiatoire d’une sombre machination ourdie contre sa gentillesse et son esprit d’entremise. Ce bouc-grand-émissaire est donc l’innocent embastillé qui va prendre(« Oh oui, tu vas prendre! » comme dit Max Boublil) pour les autres. La cité phocéenne, qui a pourtant d’autres problèmes plus importants à traiter, va majoritairement s’enflammer et prendre parti pour ce beauf à la tout nouvelle auréole de martyr (Et pourquoi pas « Santo(s) subito(s)! » pendant qu’on y est!). Excusez-moi, les QI inférieurs à 50, mais je ne marche pas!

Votre nouvelle idole, elle me fait gerber! Et tous ses séides avec: Une soeur aînée «néo-Pasionaria » dont la jactance me casse plus que les oreilles(Voir plus bas, beaucoup plus bas.), une autre soeur (ou cousine, j’avoue que devant la meute, j’ai renoncé à compter et à comprendre!) qui crie à l’erreur judiciaire du siècle, un avocat mouche-du-coche, Maître Collard, qui, au chômage technique pendant le procès, fit feu de tout bois, devant les médias, en stigmatisant les perversions des traductions, la partialité de la Juge et l’attitude quasi-franquiste des policiers(Ben voyons! On vous a connu plus inspiré Maître!), une fiancée, aussi enrobée que son promis, dont le vocabulaire semblait limité à 3 ou 4 phrases toutes faites, une mère superviseuse couvant d’un oeil admiratif son charmant rejeton très souvent en survêt’ et écharpe de grande classe, un oncle, je crois, qui s’étonne que les joueurs de l’OM n’aient pas encore mis la main à la poche pour cotiser à la caution libératoire (Et puis quoi encore? Une souscription nationale? Une nomination de Messie-multifonction?), etc… Cela ne suffit-il pas d’avoir affrêté l’avion de l’OM pour ramener môôôsieur?(Coût= 15 000€) 

santos01.JPG

 Josefa, la mère, admire cette belle tête de vainqueur.(Photo T.M. & AFP parue dans « La Provence » du 11/12/08) 

Maigre consolation dans tout ce carnaval, c’est que le beau « Santi »(J’ai pas osé dire « sentibelli ») n’a plus besoin de se laver ces jours-ci: Jamais je n’ai vu autant de lippettes, de léchouilles, de bisous baveux, d’accolades « zémues », de grandes gueules lui postillonnant leur dévotion au visage… Tout ce bon peuple étant au nirvana parce que l’enfant-prodigue de 34 ans est revenu au bercail miramassien; c’est tout juste si on ne lui demande pas de guérir les écrouelles, et si on ne ramasse pas ses kleenex usagés pour les garder comme reliques!

Marseille a, en ce moment, les héros qu’elle mérite. Je ne suis pas particulièrement un pro-Gaudin, mais comme il a eu raison de faire le canard sur cette lamentable affaire, il a, comme un petit nombre dont je fais partie, compris que la ville ne sortirait pas grandie de ce mauvais cirque… Laissez-moi pleurer de tristesse sur la réputation ternie de cette ville que j’aime tant, laissez-moi pleurer de rire sur les gueulards du 8 Décembre (date du match-retour) qui bramaient, en apprenant la future libération (je n’ai pas osé dire « élargissement »!) du nouveau mythe: « On a gagné! »; naïvement, j’ai toujours cru que ce qu’il y avait d’important dans un match se passait sur la pelouse…

santos04.jpgCf également: http://la-verite.football.fr/2008/10/14/173-santos-mirasierra-de-l-edification-d-un-saint?ri_value=5&ri_id=173

Ajouts du 13 Décembre:

* Senor Mirasierra donnerait sous peu une conférence de presse… tenez-vous bien… à la Mairie de Marseille! (Soupirs!)

* Il aurait reçu des menaces de mort. Alors là je m’insurge, ça c’est proprement scandaleux! Rien au monde ne mérite une telle lâcheté! Il remonterait _presque_ dans mon estime…

Spécial Crise

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2008 by gerard – 2 Comments

 

NB: La pin-up, c’est juste pour consoler ceux qui ont laissé des plumes dans le crack boursier!

sophia01.jpgLa Crise peut épargner les investisseurs malins:

 

http://www.grapheine.com/bombaytv/index.php?module=see&lang=fr&code=16d1657a06f3e1523b1dfeefe7b72003

sophia02.jpg

Voilà qui ne manque pas de liquid(it)és:

http://www.grapheine.com/bombaytv/index.php?module=see&lang=fr&code=7b598c49e1dc4aba69d4deb5010b79d0

sophia03.jpg

Le bon tuyau:

http://www.grapheine.com/bombaytv/index.php?module=see&lang=fr&code=f59343c04215978ea73f5c8a28f91165

sophia04.jpg

La Crise c’est pas pour tous les pays (Bollywood power!):

http://www.grapheine.com/bombaytv/index.php?module=see&lang=fr&code=b6c155b2d216de110767ecfe5e21c4c4

sophia05.jpg 

Les dures contraintes de la Star’Ac

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2008 by gerard – Be the first to comment

Les élèves contestent en chanson :

http://www.grapheine.com/bombaytv/index.php?module=see&lang=fr&code=cba3ade01d946cbc0e67315225e39be6

Joli-papa

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2008 by gerard – Be the first to comment

Faut pas confondre les liens du sang et les cordons de la bourse :

http://www.grapheine.com/bombaytv/index.php?module=see&lang=fr&code=c2799c510eb8e3ad3b80cc4fba2b0d2f

Propositions plus ou moins honnêtes

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2008 by gerard – Be the first to comment

« Un programme alléchant » :

http://www.grapheine.com/bombaytv/index.php?module=see&lang=fr&code=44678c8e2f01644484bd263800f43570

Question

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2008 by gerard – Be the first to comment

« Etes-vous observateur? » :

http://www.grapheine.com/bombaytv/v2/play.php?id=120241