Archive for octobre, 2009

Parodies 02: Verlaine

Posted in Oulibouf on octobre 15th, 2009 by gerard – 5 Comments

Voici donc une nouvelle fournée de pastiches qui, nous l’espérons, vous fera passer un moment agréable et jubilatoire. C’est Adhémar qui commence avec cette libre adaptation (vers libres au lieu du sonnet traditionnel) de « Mon rêve familier » de Paul Verlaine. Pour l’original:

 http://garp.feelingsurfer.net/poesie/Verlaine.Reve.html

 Rêve familier et vénérien 

Je fais souvent un rêve étrange et dégoûtant

D’une femme inconnue, qui me hait et m’abhorre

Et qui n’est chaque fois ni tout à fait Aurore

Ni tout à fait Eléonore,

Et ne sait même pas faire cuire un merlan !

 

Oui je fais, comme fit Verlaine,

Un songe qui va lentement

Vers l’aine,

Mais s’arrête au dernier moment.

 

Elle est là devant moi, bécasse,

Est-elle brune ou blonde. Chi sá ?

Quand je regarde en son tanga

Je doute un peu de sa tignasse.

 

Son regard est pareil à celui des morues,

Et pour tout couronner elle louche féroce,

Parfois je la compare à la fée Carabosse.
Elle n’a pas l’inflexion des voix qui se sont tues.

 

Vient-elle de l’enfer ? C’est probable !

Elle se rit de moi, elle rit de mon truc,

De mon nez, de mes yeux, de mon rable

Et veut me renvoyer mourir à Montastruc.

 

Elle ne me comprend pas et mon cœur palpitant

Pour elle seule, hélas ! prête à la rigolade.

Pour elle seule, et les moiteurs de mon front fade

Elle seule les sait aggraver en riant.

 

Mais sur mon … cœur de bon apôtre

Elle ne fait ni tout à fait

Un autre

Ni tout à fait le même effet. 

                                                   Adhémar du String 1951

cartum015

 

Parodies 02: La Fontaine

Posted in Oulibouf on octobre 15th, 2009 by gerard – 1 Comment

Là encore, il s’agit de vers libres comme les affectionnait le Maître des Eaux et Forêts de Château-Thierry:

Le marseillais et le Grand-Duc.

 

Un marseillais, d’un fort bel âge,

Habitait le Vieux-Port (ou bien dans ses parages);

Un Grand-Duc, d’au moins vingt-cinq ans,

Squattait un vieil ormeau du pays Occitan.

Les deux se la pétaient en faisant des « Hou! Hou! »

_ Près de la Canebière, c’était plutôt « Zou! Zou! »_

Quoiqu’il en soit, d’internet c’était des adeptes,

Et ils s’abrutissaient à fréquenter l’inepte.

« _ Moi, je suis un Grand-Duc,

Et branché Montastruc! »

« _ Moi, je suis un cacou,

Je surfe comme un fou! »

Lors, les deux fêlés, sur la toile informatique,

Se rencontrèrent un jour dans un chat psychotique.

Et vas-y que je balance des racontars

A des heures indues (Je veux dire très tard!).

Mais la loi Hadopi qui cerne les pirates,

Fit qu’à l’aube, on les arrêta dans leurs pénates.

Ils finirent au cabanon,

Avec une belle amende

De plusieurs millions.

Sous le joug poulaga, les voilà camarades,

Se débattant tous deux dans la même panade.

Il s’en fallu de peu qu’on ne les pende,

Ou bien qu’on les trucide à coups de fusil,

Sans la grâce de Sarkozy.

Moralité:

Même si tu habites le trou du cul du monde,

Ou le divin joyau de la planète ronde,

Les sbires de Sarko, ta fête ils te feront.

Pour eux, les gentils geeks ne valent pas un rond.

Gérard 2009

rockcover

Parodies 02: Eluard

Posted in Oulibouf on octobre 15th, 2009 by gerard – 1 Comment

Là encore, les vers sont libres et même non rimés.

Liberté                                                                Montastruc

Paul Eluard 1942                                               Gérard 2009

Sur mes cahiers d’écolier                     Sur les pages de mes cahiers
Sur mon pupitre et les arbres            Sur la rampe d’escalier
Sur le sable sur la neige                        Sur l’étal de l’écailler
J’écris ton nom                                        J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues                      Sur les peaux de saucisson
Sur toutes les pages blanches            Sur la Rosette de Lyon
Pierre sang papier ou cendre             Sur l’emballage des fritons
J’écris ton nom                                        J’écris ton nom

Sur les images dorées                           Sur mes marcels rapiécés
Sur les armes des guerriers                Sur mes chaussettes trouées
Sur la couronne des rois                      Sur mon vieux caleçon souillé
J’écris ton nom                                        J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert                     Sur le joint des écolos
Sur les nids sur les genêts                  Sur l’haleine des alcoolos
Sur l’écho de mon enfance                 Sur les veines des toxicos
J’écris ton nom                                       J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits               Pour Gide et Jackson enterrés
Sur le pain blanc des journées          Et le Frédéric Mitterand cuculturé
Sur les saisons fiancées                       A tous les pédophiles confirmés
J’écris ton nom                                       J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur              Sur mes termes crus ou cuits
Sur l’étang soleil moisi                         Sur mon lavabo qui fuit
Sur le lac lune vivante                         Dans le fond du vase de nuit
J’écris ton nom                                       J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon             A la gay-pride invité
Sur les ailes des oiseaux                     Sur des calicots ourlés
Et sur le moulin des ombres             Et les T-shirts des pédés
J’écris ton nom                                       J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore            Au nom de ces enfants de p…
Sur la mer sur les bateaux                Qui pissent de la copie en vain
Sur la montagne démente                 Sur la crampe de l’écrivain
J’écris ton nom                                      J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages                   Au MEDEF des enviandés
Sur les sueurs de l’orage                      Chez les tarés de la CGT
Sur la pluie épaisse et fade                 Au fronton de chaque Fédé
J’écris ton nom                                        J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes                 Sur la jeunesse sans avenir
Sur les cloches des couleurs               Qui génère tant de soupirs
Sur la vérité physique                           Sur des pancartes à tenir
J’écris ton nom                                         J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillé                           Grâce au pouvoir d’achat escamoté
Sur les routes déployées                       Et aux consommateurs bananés
Sur les places qui débordent               Sur les étiquettes des supermarchés
J’écris ton nom                                          J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume                      Dans ce Gouvernement bidon
Sur la lampe qui s’éteint                        Sur le perron de Matignon
Sur mes maisons réunis                        Sur le bedon de Fillon
J’écris ton nom                                         J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux                    Aux marches de l’Elysée
Dur miroir et de ma chambre             Avec le couple dépareillé
Sur mon lit coquille vide                      Sur l’escabeau exigé
J’écris ton nom                                         J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre    Aux actionnaires du Club Med’
Sur ses oreilles dressées                        Pour cette crise sans remède
Sur sa patte maladroite                          Sur chaque pas dans la m…
J’écris ton nom                                          J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte                   Aux culottes des pakistanais
Sur les objets familiers                         Par talibans interposés
Sur le flot du feu béni                            Et sur les tanks des « alliés »
J’écris ton nom                                       J’écris ton nom

Sur toute chair accordée                    Pour la grippe des porcins
Sur le front de mes amis                      Et tous les porteurs pas sains
Sur chaque main qui se tend            Je marque leurs traversins
J’écris ton nom                                     J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises                   Aux latrines de Yaoundé
Sur les lèvres attentives                    Devant tant de culs baissés
Bien au-dessus du silence                  Sur ces boubous mouchetés
J’écris ton nom                                     J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits                     Dans tous les squats de Marseille
Sur mes phares écroulés                    Ceux de Vidauban-la-Merveille
Sur les murs de mon ennui               Et de Toulouse-la-sans-pareille
J’écris ton nom                                    J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir                     Sur les capotes usagées
Sur la solitude nue                              Sur le chancre des gonorrhées
Sur les marches de la mort                 Sur les cystites vérolées
J’écris ton nom                                     J’écris ton nom

Sur la santé revenue                           Rien ne vaut l’Occitanie
Sur le risque disparu                           Ca, il faut que je le crie
Sur l’espoir sans souvenir                  Sur la Garonne en furie
J’écris ton nom                                      J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot                 Et sans qu’il y ait de truc
Je recommence ma vie                      Je vais te promouvoir à en crever
Je suis né pour te connaître              En avant la tournée des Grands Ducs
Pour te nommer                                   Je vais enfin t’ exploser

Liberté.                                             Montastruc.

monument04

Le secret de Polichinelle

Posted in BombayTV on octobre 1st, 2009 by gerard – Be the first to comment

Une très mauvaise nouvelle, hélas, pour commencer: A la mi-Septembre, Bouygues Telecom a mis fin à son opération de campagne publicitaire, le site GANG UNIVERSAL MOBILE N’EST DONC PLUS EN LIGNE . Les 16 clips que j’avais commis passent de facto aux oubliettes de l’Histoire, c’est dommage!…

Pour les fans de peoplemania: Céline Dion attend un petit… quelque chose:

http://www.grapheine.com/bombaytv/v2/play.php?id=134016

actua

100% des gagnantes y ont trouvé leur compte!

Posted in BombayTV on octobre 1st, 2009 by gerard – Be the first to comment

L’autre canadienne, Diane Dufresne n’y aurait pas pensé:

http://www.grapheine.com/bombaytv/movie-fr-37273ddfad66c83cb18009def744624e.html

actub

Les constipés

Posted in BombayTV on octobre 1st, 2009 by gerard – 1 Comment

Plaignez ces malheureux:

http://www.grapheine.com/bombaytv/v2/play.php?id=133995

 NB: Désolé pour la faute, il faut lire »…tout ce qu’on veuT

actuc

Le tireur retourne à la fosse olym-pipi-que

Posted in BombayTV on octobre 1st, 2009 by gerard – 1 Comment

L’as de la gâchette gâche ses chances de qualification…

http://www.grapheine.com/bombaytv/movie-fr-25a5f6dcce86dd2303af755ac77da8df.html

actud

Nouveaux impôts, merci Sarko!

Posted in BombayTV on octobre 1st, 2009 by gerard – 1 Comment
Levez-vous le fion pour Fillon:
actue

L’habituée des sales zobs-cures

Posted in ClassicTV on octobre 1st, 2009 by gerard – Be the first to comment

Une pseudo-cinéphile bien particulière se fait une cure de films:

http://www.grapheine.com/classiktv/index.php?module=see&lang=fr&code=88bc13c3daedad259403ccb84439a8dc

actuf

Ce qui est à toué est à moué!

Posted in Uncategorized on octobre 1st, 2009 by gerard – Be the first to comment

Tatouage et marivaudage sont les deux gamelles de la France(Je sais, ça ne veut rien dire, c’est juste pour le fun!):

http://www.imagechef.com/ic/view.jsp?verify=1e5ce848161bbd&msgid=0

actug