Archive for mai, 2011

Jean-Claude Roméra 04

Posted in Livres on mai 20th, 2011 by gerard – 2 Comments

Bien qu’on parle de neige, même tiède, le petit dernier de mon ami Jean-Claude est encore tout chaud puisqu’il n’est paru que le 2 Mai dernier. C’est son 2ème roman, toujours à fortes connotations introspectives. Je vous le recommande d’avance, les yeux fermés. D’ailleurs, sa 4ème de couverture devrait vous donner l’eau à la bouche…

Roman « La neige était tiède » – Editions Les Presses du Midi – Toulon.

Ajout du 24 Juillet: C’est fait!

J’ai lu le roman de Jean-Claude! La mort des enfants d’un couple sème la perte du goût de vivre chez l’homme et la femme qui ont des réactions différentes. Le couple finira par imploser dans la désolation… quoique les dernières lignes pourront surprendre le lecteur. J’ai retenu une vérité de tout ça: Le mâle est souvent moins pragmatique et beaucoup plus sensible que ces caractéristiques qu’on attribue, par convention, à la femme… Vous verrez, vous verrez! 

 

René Budin 02

Posted in Livres on mai 20th, 2011 by gerard – Be the first to comment

Il y a longtemps que je ne vous avais plus parlé de mon copain René. Il est toujours dans les sigles jusqu’au cou, puisque 3 autres tomes sont encore parus depuis http://gigaproduction.fefaine.be/2008/07/29/rene-budin/  Je n’ai pu me procurer une image du Tome 6, mais il existe bel et bien. Si, si, René m’a même affirmé qu’un Tome 7 est en gestation. De même un petit recueil à l’attention des amateurs de bons vins, mais qui n’ont pas encore assez de connaissances pour les apprécier à leur juste valeur.
Ne vous inquiétez pas, je vous tiendrai au courant!« Ces êtres étranges: Les sigles » – Editions Lacour-Ollé – Nîmes.

Grandes Familles 03

Posted in Les Grandes Familles d'ici et d'ailleurs on mai 20th, 2011 by gerard – 1 Comment

Il y avait longtemps que Michel et moi n’en avions plus parlé, depuis le 20 Août 2010 exactement!

NYONHOFF : Famille juive d’Allemagne ayant gagné sa réputation dans la diffusion de spectacles culturels. Le membre le plus connu de la famille, Avi NYONHOFF, s’est installé en Basse Provence, où ses actions attirent chaque été des foules considérables. (Michel)

BANNEKER : Famille très implantée dans le monde de la finance aux Etats Unis. Le fils aîné, Chris, adepte des opérations hasardeuses, a créé un style de gestion qui porte son nom : la Chris BANNEKER. Son émule le plus célèbre est un trader d’origine irlandaise, STOCKHOP Sean. (Michel)

Ce qui compte avant tout dans ce système, c’est la discrétion, et le fameux « secret BANNEKER » est bien connu. Les émirats arabes l’ont bien intégré, puisque l’on a maintenant de nombreux Cheiks BANNEKER. (Gérard)

SAY-JEANSON : Famille d’industriels français, surtout connue pour ses démêlés juridiques avec ses concurrents. Les plus connus de ses membres sont Pacôme et son épouse  Aude. Ils sont à l’origine de l’expression : « SAY-JEANSON Pacôme, Aude, il vaut mieux ne pas s’y frotter ». (Michel)

VAN DUSTER : Famille flamande qui a produit une longue lignée de médecins depuis le XVIIe siècle. Lors de la révolution industrielle du XIXe siècle, elle s’est lancée dans la fabrication et la vente de produits para-médicaux, notamment orthodontistes. Cette reconversion est l’œuvre d ‘Adam (18xx – 1901 ). La marque commerciale « VAN DUSTER Adam » a aujourd’hui disparu des étagères, mais l’activité est en augmentation grâce au viellissement des populations occidentales…( Michel)

Ah ouais, je connais ces gens-là ! Ils s’étaient même associés un moment avec la famille d’un vieux pote à moi, les Oïde (Rappel: http://gigaproduction.fefaine.be/2006/07/29/il-y-en-a-22/ ) Ils avaient commercialisé un produit qui te rendait les gars du gabarit de Sim aussi « gonflés » que Schwarzenegger, sous le label VAN DUSTER-OÏDE… (Gérard) 

DASSAULT : Famille d’industriels français, dont deux frères furent célèbres en leur temps. Richard DASSAULT, qui fit fortune dans les blindés, et son frère, dont le prénom est aujourd’hui oublié, mais qui reste connu sous le surnom de Clochard DASSAULT, celui qui dilapida toute la fortune de l’autre. Certains historiens soutiennent qu’il s’agirait de personnages mythiques, des mirages en quelque sorte … (Michel)

Quoiqu’il en soit, les deux n’étaient pas francs du collier, ne disait-on pas : « Ils dorment en chiens de fusil DASSAULT ! » (Gérard)

C.S.KI.: D.S.K.K.O.

Posted in Actualités & hors-série on mai 20th, 2011 by gerard – Be the first to comment

 

C’était obligé! Une actualité aussi énorme et aussi incandescente, Gigaproduction ne pouvait en faire l’impasse!

Adhémar s’en est donné à coeur-joie, d’abord avec sa nouvelle signification du sigle FMI (= Femme de Ménage Irrésistible), ensuite par une iconographie délirante (Et encore… je n’ai pas tout mis, au cas où il y aurait des rosières ou des enfants de choeur parmi les visiteurs du site.):

Comment voulez-vous rivaliser avec ce diable d’homme? Comment être un peu original avec tout ce que l’on nous matraque sur cette affaire depuis quelques jours? Ma copie (2 images) paraît bien pâlichonne à côté de ce qu’on voit sur le web (…et qui est quelquefois, il faut l’avouer, franchement drôle!) :

Actu-m’en diras tant! Mai 2011

Posted in Actualités & hors-série on mai 10th, 2011 by gerard – Be the first to comment

Michel n’oublie jamais de m’envoyer, de temps en temps, des mots-tiroirs de sa création qui sont un vrai régal. Je vous rappelle d’aller souvent ici: http://gigaproduction.fefaine.be/2006/06/25/dictionnaire-de-mots-valises/ pour en prendre connaissance.

Adhémar a fait un net effort sur le mariage princier des rosbifs, il doit sans doute nous préparer quelque chose de la même veine pour Bébert Grimaldi. Personnellement, je ne voulais pas « piper » mot là-dessus (ni sur Pippa d’ailleurs!), et puis… je n’ai pas pu m’empêcher de mettre mon grain de sel. Désolé! … Je sais qu’il y a toujours un peu de décalage entre l’actualité du jour présent et celle d’il y a quelques temps, on implore votre pardon!

 …ILS ONT Osé !!!

 Rumeur: La Première Dame de France serait gravide, voire du vieux mot français « prégnante »… Bref, elle serait en cloque quoi! Gigaproduction révèle la vérité:

 

 

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » Jean Brasier 1910-2003): 

1/ Contrepéterie de Michel, et en anglais SVP : Pop corn, not to be mistaken with porn cop.

2/ Quelques aphorismes que d’aucuns attribuent à Michel Galabru. Je veux bien que le bougre soit d’une sagacité hors pair, mais je doute qu’il soit l’unique auteur de ces petites perles, surtout les deux dernières: « Il faut faire très attention aux femmes. C’est encore plus traître que l’alcool», « Le vrai jaloux, c’est celui qui a une femme très laide et qui a toujours peur qu’on la lui prenne », « Un bigame, c’est quelqu’un qui fait une seconde erreur avant même de corriger la première ! », « Les cannibales ne mangent jamais de femmes divorcées, elles sont trop amères ! », « Avoir eu l’idée géniale et saugrenue de faire pénétrer un organe ridicule dans une fente douteuse est une preuve formelle de l’existence de Dieu ». 

3/ Yvan Colonna ou l’art de la lâcheté : Les anciens avocats et le nouveau ont un respect évident de l’appareil judiciaire : « Qu’est ce que c’est que cette Cour, on se croirait devant la junte birmane! » Ils vont tout faire pour mettre en exergue des micro-points de non-application des procédures (ex : les gardes à vues n’étaient pas conformes à la Cour européenne des droits de l’homme de 2008, ben voyons…). Il est vrai que coller trois balles dans la nuque d’un Préfet de la République, ça vous pose un homme comme parangon de Justice et expert en droits de l’homme. Objection ! Ce n’est pas lui ! Il sait qui c’est, mais ne veut pas le dire, question d’ « honneur corse ». Vaste foutaise où ces péteux d’autonomistes démontrent qu’ils sont imbattables dans les attaques « dorsales » ! 

4/ Lilan Thuram aime cracher dans la bonne soupe : Monsieur est riche à millions, monsieur donne des leçons d’antiracisme, monsieur n’hésite pas à jouer les vautours auprès de Laurent Blanc (cf http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lilian-thuram-l-escroquerie-93514 ). J’ai presque envie d’imiter le vassal d’Hugues Capet : « Qui t’a fait roi ? »

5/ « La Provence », journal à 2 vitesses : * A Marseille, un jeune voleur roumain est tué lors d’un cambriolage, c’est regrettable. Mais ça mobilise une manifestation de manipulés, aboyant « Justice » et « Respect » surtout en sens unique, bien évidemment. Une page entière, avec photos en couleur, et tout, et tout…

 * A Bollène, un homme de 40 ans est battu à mort par une bande de jeunes. Trois lignes, pas plus…

Emeline et Adalbert 04

Posted in Perlouzes solitaires on mai 10th, 2011 by gerard – Be the first to comment

Déjà le quatrième épisode ! Hé bé, ça commence vraiment à virer « en sucette » diraient les gens du Nord, à tourner « en biberine » plussoieraient les gens du Midi, mais qu’est-ce qu’on se marre !

 Adalbert Flavien Gaétan de Coucy, contemplait la belle Albine ; il était partagé entre deux sentiments : celui de respecter cette jeune fille, marquée déjà par un cruel destin et celui, moins avouable, de vivre quelques délicieux moments de tendresse. Son esprit vagabond, la dévêtait,  imaginant les gracieuses courbes de son corps juvénile et il sentait monter en lui un fébrile désir, qui se manifestait sous ses braies par un grossissement de son sexe dont l’origine ne pouvait faire aucun doute.

–   Ma petite tourterelle, viens te reposer dans mon nid.

Il avait fait un réel effort pour trouver un mot charmant, romantique avant la date, qui  cachait à vrai dire, de salaces idées. Albine, de son côté, n’était pas indifférente à une proposition qui arrivait à point nommé, après de longs mois d’une pénible continence. Elle allait céder, quand la porte du salon s’ouvrit sous la poussée de Renaud, un écuyer du comte.

–   Monsieur le Comte, je vous cherche depuis un bon moment ; notre Roi réclame  la présence de tous ses capitaines pour un conseil de guerre. Il vous faut le rejoindre aussitôt.

On annonçait en effet la venue imminente d’une troupe d’infidèles décidés à venger le Sultan Tacule et bouter les croisés hors du palais. Adalbert Flavien Gaétan de Coucy, à son grand regret, allait devoir interrompre les moments d’intimité avec Albine, pour se rendre à l’appel de son Roi.

Albine, d’abord déçue de ce départ précipité qui mettait fin à quelques délicieux projets,  remarqua  très vite  l’écuyer du comte ; il se fit alors en elle un grand bouleversement, dont,  à n’en pas douter, le jeune homme était  la cause : elle ressentit soudain un frisson inconnu, une envie irrépressible de se faire toute petite entre ses bras pour y chercher la sérénité. Ce sentiment lui était nouveau ;  jusqu’ici, la nature avait parlé, la poussant vers les hommes pour y cueillir une bienfaisante quiétude,  un délassement qui calmait ses sens. Cette fois, il y avait quelque chose de nouveau, un sentiment qu’elle ne savait trop qualifier, n’osant encore y percevoir de l’amour.

-Viens, dit-elle, en lui tendant la main.

Il suffit parfois d’un simple mot pour que naisse une belle histoire.

Les deux jeunes gens se retrouvèrent côte à côte sur un confortable sofa, appelé, cela va de soi dans ces régions, une ottomane. Ils restèrent un long moment serrés l’un contre l’autre sans mot dire puis en vinrent à des jeux plus intimes, des caresses et des baisers, alors que leurs mains fureteuses cherchaient des points sensibles et agréables à effleurer. Renaud s’émerveillait à la vue de deux seins généreux dont il appréciait la fière tenue et qu’il s’évertuait à titiller pour leur donner vie. Albine se réjouissait de ces hommages ponctués par de tendres  paroles affectueuses. Ils prirent tout leur temps pour échanger les préliminaires divers et variés qui les menèrent au nirvana et pour la première fois de sa vie, émue comme elle ne l’avait jamais été, la jolie servante versa quelques larmes que Renaud essuya avec ferveur.

Ils restèrent longtemps l’un contre l’autre, silencieux, dans l’attente d’une renaissance et d’une nouvelle explosion de leurs sens. 

 Et pendant qu’ils vivaient cet interlude exquis, le Roi de France donnait à son ost les dernières consignes pour mener à bien la bataille qu’il envisageait dès le lendemain matin, sur un grand tertre situé hors de la ville. Suivant les conseils du connétable, on avait choisi une position stratégique en hauteur qui obligerait l’ennemi à faire effort pour engager le combat au corps à corps. Les chevaliers disposés en trois ailes, la gauche et la droite encadrant le centre, devraient le moment venu, prendre les infidèles en tenaille et les enfermer dans un cercle empêchant toute velléité de fuite. Arriverait alors la piétaille, les biffins de l’époque, chargée d’embrocher les survivants, à l’aide de leur angon ou leur javeline.

Dieu ! Comme on savait faire la guerre en ces temps anciens ! Comme on n’hésitait pas, à occire allègrement l’ennemi, pour éviter de s’encombrer d’inutiles prisonniers.   Seuls étaient épargnés les grands, les écussonnés, à qui on réservait le droit de pouvoir recouvrer leur liberté en payant une lourde rançon. De plus,  ces guerres de croisade assuraient aux glorieux assassins l’assurance d’obtenir le repos éternel dans un Paradis, dont l’aspect pouvait varier suivant les croyances, mais à coup sûr, un lieu de délices. Tout cela n’était-il pas magnifique ?

Le conseil de guerre terminé, les chevaliers quittèrent le palais pour rejoindre leurs hommes parqués dans un caravansérail où ils tenaient position.  Ce départ, ayant fait quelque bruit, attira l’attention de Renaud qui décida, à son grand regret, de se rhabiller afin de rejoindre son maître et sa troupe. Quand à Albine, elle se demandait quel allait être son devenir, mais l’écuyer, qui semblait avoir devancé toute question à ce sujet, la rassura :

–    Petite Alba, (il avait imaginé pour elle ce diminutif plus intime) reste cachée ici jusqu’à la nuit tombée ;  je viendrai alors te chercher et t’assurer une retraite en lieu sûr.

Avant de se séparer, un long baiser, quelques privautés, des mains baladeuses, des doigts fureteurs scellèrent ce projet, Albine se demandant si Renaud tiendrait promesse…

Mais, au fait, qui étaient ces infidèles, venus, tardivement concédons-le, au secours de leur ami, le Sultan Tacule ? Il s’agissait en fait d’une armée constituée par un personnage assez louche, l’Emir Obolan, qui présidait aux destinées de l’émirat d’Aigou. Depuis longtemps, Obolan était jaloux de la puissance et la richesse de Tacule, dont il enviait en particulier le harem très abondamment fourni : intervenir constituait un moyen de s’emparer de ces richesses qu’il convoitait depuis de nombreuses années. Certes, les chevaliers français occupaient une position stratégique de choix, mais Obolan ne doutait pas que ses courageux guerriers se comporteraient avec une fougue apte à faire des miracles.

Au petit jour, les belligérants étaient en place, prêts au combat. Mais, car à la guerre, il y a parfois des  » mais  » qui surgissent alors qu’on ne les attend pas, les chevaliers français, ne trouvèrent personne face à eux : l’ennemi, fantaisie inexplicable de la guerre, n’étaient pas devant eux, mais derrière. Cela aurait pu changer le cours de l’histoire, déstabiliser nos preux, risquer de compromettre l’issue de la bataille : il n’en fut rien ; le connétable, par une de ses idées qui font le génie des grands chefs de guerre, commanda une manœuvre de retournement, qui fit merveille. Certes, cela conduisait l’aile gauche à se trouver à droite, et l’aile droite à gauche, mais les français d’alors, ces glorieux descendants d’Astérix, de Vercingétorix, et autres héros en  » Ix « ,  ne se laissèrent pas démonter  par d’aussi insignifiants détails, et se tinrent prêts à l’assaut.

Lorsque le soleil apparut, aux cris  de « Saint Denis Montjoie » et de « Allah Akbar », le combat commença et Adalbert Flavien Gaétan de Coucy, comme à l’accoutumée,  fit montre de sa légendaire vaillance.

Raimondo ( à suivre)

Le manège désenchanté

Posted in Remixito on mai 1st, 2011 by gerard – 1 Comment
Tadâââm! Votre serviteur a trouvé un nouveau site où l’on peut mettre très facilement des sous-titres déments. J’en expose les avantages ici  http://gigaproduction.fefaine.be/2006/05/28/sites-permanents/  et ça s’appelle Remixito, et j’ai dû, pour bien faire, créer une nouvelle catégorie. Naturellement, vous êtes tous invités à me faire parvenir vos créations (Rappel: gigagc@live.fr )
Premier clip réalisé: Luke et son papa vont à la foire (NB: Rappels: On peut faire « Grand écran » et, si le coeur vous en dit, on peut aussi voter):

Nuke la nuque de l’eunuque!

Posted in Remixito on mai 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment
Wonderwoman vs le « sifflet » de l’agent:

On va pas en faire tout un fromage

Posted in Remixito on mai 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment
Avec Jauni Hallumay:

Les mecs, vous savez pas ce que vous ratez!

Posted in Remixito on mai 1st, 2011 by gerard – 14 Comments
Elle témoigne avoir rencontré un témoin (NB: J’aimerais bien que les visiteuses de ce blog me laissent un petit commentaire. Ce serait fun!):