Archive for novembre, 2011

Parodies d’une ballade et de 2 chansons

Posted in Oulibouf on novembre 20th, 2011 by gerard – Be the first to comment

Adhémar se frotte ici à « La ballade des dames du temps jadis » de François Villon :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Ballade_des_dames_du_temps_jadisBallade des chèvres d’antan

Dites-moi où n’en quel pays

Est Sofia la belle romaine;

Mais où est donc Martine Aubry,

La lilloise qui la ramène ?

Zsa Zsa Gabor et la Magnani

Eva Péron et Golda Méyère ?

Semblablement où est Jeannette***

Qui demanda que le Sénat

Fût châtré, privé de roupettes !

Mais où est Lollobrigida ?

Où est donc Martine Carol ?

Demongeot, Viviane Romance ?

Gaby Morlay, Suzy Delaire,

Où sont parties  toutes ces folles :

Barbara,  Beauvoir, Laguillère ?

On n’en parle plus depuis cent ans !

Mais où sont les chèvres d’antan ?

 

Où est la trop belle Bacall,

Liz Taylor et sa Cléopatre ?

Annie Cordy,  Juliette Gréco,

Maria Schneider et sa motte de beurre ?

Où est donc la Rossi-Drago,

Nul ne sait où elle demeure.

Dalida et Ginette Leclerc ?

Où est Sylvana Mangano

Qui triompha dans Riz Amère ?

Et la mystérieuse Garbo ?

Edith Piaf et Jeannie Longo,

La Cresson et sa cressonnière ?

Où est la terrible Ségo

Qui prêchait à voix de chaisière ?

Où est la ronde Bachelot

Qui nous montrait ses hémisphères ?

Où est donc la Sylvie Vartan ?

La Goulue et son beau postère ?

Mais où sont les chèvres d’antan ?

 

Où s’est fourrée Ingrid Bergman

Qui montrait sa grande carcasse ?

Mireille Darc et ses seins de glace ?

Manaudou, Mauresmo,  Steffi Graf

Edith Piaf et sa voix de basse ?

Patachou et Rina Ketty,

Cicciolina et Paris Hilton,

Sarah Bernhardt, Casque d’Or, Maurane ?

Où est la divine Bardot

Qui tuait tout sur son passage ?

Où sont Arantxa et Hingis,

Benazir, Indira Gandhi,

Adjani et ses grandes paluches ?

Mais où est donc Sarah Bernhardt ?

La Sagan est partie aux pluches.

Marilyn, la reine des stars

Avec ses formes callipyges,

Et Jay-Lo, et Ornella Mutti ?

La Kelly et son prince d’opérette ?

Et Sheila avec ses deux couettes ?

Où est Mireille Mathieu

Qui braillait au Soleil Levant ?

Où est partie Lara Fabian ?

Madonna et Pétula Clarke,

Il était temps qu’on les débarque !

Mais où sont les chèvres d’antan ?

 

Prince il faudrait une semaine,

Quelques mois, peut-être dix ans,

Pour citer toutes ces mémères !

Mais où sont les chèvres d’antan ?

                                       Adhémar – 2011

*** Jeannette Vermersch, la concubine de Maurice Thorez, cria en pleine Assemblée : On vous coupera les couilles !” C’était au Palais Bourbon et non au Sénat.LE GRAND BAISEUR

Inspiré de cette chanson d’autrefois (1912) :  » Le dénicheur », sur une musique de Leo Daniderff

Pour l’air:  http://www.youtube.com/watch?v=BQoC-DX9qHY

Pour les paroles  de Gilbert et Léon Agel: http://www.paroles-musique.com/paroles-Frehel-Le_Denicheur-lyrics,p12224

Refrain

On l’appelait le grand baiseur

C’était un accro d’la quéquette

Dès qu’il voyait un joli cœur

Il lui demandait une sucette

Ses envies étaient bien connues

Et les femmes de son entourage

Acceptaient les accès de rage

De ce grand amateur de cul

Sa femme une accorte brunette

Acceptait ses débordements

Car elle était cette minette

Amoureuse de ce forban

Ce beau parleur ce grand paillard

Qui savait bien l’embobiner

Par l’éclat d’un œil égrillard

Ou ses allures de chevalier

Et comme elle était pleine  d’argent

Il vivait comme un vrai sultan

Au refrain

Mais un jour dans un grand palace

Où il descendait fréquemment

Il regarda d’un œil salace

Une soubrette au corps troublant

Il eut soudain très grande envie

Apercevant cette beauté

De lui faire caresser son vit

Avec ses lèvres colorées

Mais la belle le repoussa

Et chez les flics elle l’assignat

Au refrain

Comme il croupissait en prison

Son épouse accourut alors

Et elle aligna  son pognon

Pour adoucir son triste sort

Elle aurait fait pour son  aimé

N’importe quel arrangement

Pour qu’il puisse être libéré

Afin qu’il vive  décemment

Et c’est pourquoi elle lui paya

Le plus fameux des avocats

Dernier refrain

C’est ainsi que le grand bandeur

A recouvré sa liberté

Tous ses amis ses zélateurs

Firent une  fête à tout casser

Et quant à la pauvre soubrette

Qui refusa de le sucer

Elle jura de se faire payer

                                Sans avoir à faire des branlettes .                                                                                                                                                                                  RAIMONDO -2011

L’heure est sans doute venue de donner quelques conseils à un charmant bébé apparu récemment dans cette vallée de larmes (pour l’air: http://www.youtube.com/watch?v=Hyh4TifZJRE )

Julie                                                                                       Giulia

Paroles de Maurice Vidalin-1957               Gérard- 2011

N’allez pas Julie, vous rouler dans l’herbe…..N’allez pas Giulia, pétuner de l’herbe
Quand Monsieur l’abbé déjeune au château.. Quand papa est là pour prendre un râteau,
N’allez pas non plus jouer aux proverbes….. N’allez pas non plus vous foutre la gerbe
Avec les bergers aux tendres flûtiaux………. Avec ses ministres, servile troupeau.
Et je vous défends, vilaine petite,…………….  Et je vous apprends qu’la petite bite
Nue dans la rivière, au milieu du bourg,……. Pue de la crinière, comme Montebourg,
De dire aux pêcheurs :  » je suis une truite……Il fera en sorte, qu’illusions détruites,
Me pêche qui veut m’apprendre l’amour »……Donner l’impression « toujours à la bourr’ »

{Refrain:}
Les yeux baissés,…………………………………..Les vieux baisés,
Les genoux serrés,…………………………………Les voyous « serrés »,
Faites de la dentelle……………………………….Faites donc les poubelles,
Faites de l’aquarelle,………………………………Faites la maquerelle,
De la tapisserie,…………………………………….De la galanterie,
De la pâtisserie,…………………………………….De la dysenterie,
Mais n’allez pas surtout…………………………..Mais n’allez pas surtout
Courir le guilledou…………………………………Sucer les roudoudous,
Avant de prendre époux…………………………Epouser un ripoux.

2 – Avec Ferdinand, vous n’êtes plus d’âge…..Avec le Guéant, et ses matraquages
A vous trémousser foll’ sur ses genoux,………Des étudiants tombant à genoux,
En lui agaçant le bout des moustaches………..Vous apprendrez ce qu’est un quadrillage
Pour voir si ça pique ou bien si c’est doux !….Et si c’est vrai qu’il est un bande-mou !
Et quand vous sentez son trouble, Julie………Surtout évitez, Ô jolie Giulia,
Ne demandez pas d’un air innocent :…………..Quand vous évoquez Botox et onguents,
« Cousin, dites-moi si je suis jolie,……………….De faire de la peine à maman Carla,
Et si je fais plus que mes dix-huit ans »…………Parlant factures qui coûtent tant et tant.

{Refrain}

3 – Un matin, Julie, blanche à la chapelle,……Un matin Giulia, Porte de la Chapelle,
Devant la famille vous direz ce « oui »…………..Vous aurez alors joliment joui
Qui vous livrera timide gazelle,…………………Jusqu’à en avoir mal à la rondelle
Aux tendres assauts de votre mari…………….Des assauts «Père-vert»(Thierry Mariani).
Dès le lendemain, vous serez tranquille,……..Dès le lendemain, quittez les débiles,
Je ne serai plus là pour vous gronder………… Y compris votre père, le nain Simplet,

Vous pourrez alors, femme d’imbécile,…………Certes oui, la vie n’sera pas facile,
Prendre autant d’amants que vous le voudrez…..Mais vous aurez gagné la Liberté.

{Refrain2:}
Les yeux baissés,………………………………………Les vieux baisés,
Les genoux serrés,…………………………………….Les voyous » serrés »,
Faites de la dentelle,………………………………….Faites donc les poubelles,
Faites de l’aquarelle,………………………………….Faites la maquerelle,
De la tapisserie,………………………………………..De la galanterie,
De la pâtisserie,………………………………………..De la dysenterie,
En attendant le jour,………………………………….Mais n’allez pas non plus
Qui ne saurait tarder,…………………………………Courir aux autres moches,
De votre liberté………………………………………..Je veux dire la Gauche.

Emeline et Adalbert 07

Posted in Oulibouf on novembre 10th, 2011 by gerard – Be the first to comment

Septième épisode! Allez, boum, servez chaud m’sieur Raimondo!VII

    Nous avons laissé nos trois héroïnes dans des situations d’attente et le rapporteur que je suis se rend compte de l’impatience  qui doit se manifester parmi ses fidèles lecteurs ; il est grand temps de jeter un regard sur leur destin hors du commun.

   En arrivant à Montpellier, Emeline se dirigea vers la faculté de médecine, espérant y retrouver son cousin Florian qu’elle avait hâte de revoir. Disons-le sans attendre, elle sentait en son bas ventre une sorte de feu que son cher cousin pourrait éteindre. Malheureusement, les réponses qu’elle reçues le concernant, de la part des étudiants de l’université,  ne furent que  quolibets et rires moqueurs ; Florian était certes bien connu, mais comme un joyeux fêtard et non comme un disciple d’Hippocrate. Il passait une grande partie de son temps en une charmante demeure située au bord de la ville, au bordeau comme on disait alors, au bordel comme  le mot est devenu par la suite. Emeline n’avait jamais, au cours de ses études chez les Ursulines, entendu parler de ce type d’habitation et comptait bien se rendre compte de visu de ce qu’il en était.

   Un matin, elle s’y rendit et fut accueillie par une dame d’un âge canonique, outrageusement fardée qui lui demanda avec un large sourire de bien vouloir patienter, le vicomte Florian, étant pour l’heure très occupé.

–         Occupé, hurla Emeline d’un ton peu aimable, occupé alors que je viens de faire des centaines de lieues pour le retrouver ! Menez-moi sans tarder auprès de lui, je vous prie.

   Le ton n’admettant aucune répartie, la brave tenancière s’exécuta, la menant à l’étage. En entrant dans une pièce décorée de riches tapisseries, Emeline découvrit, sur un grand lit paré de chaudes fourrures d’animaux,  son cousin au côté d’une charmante demoiselle ; tous deux étaient nus et il n’y avait aucun doute à avoir sur leurs occupations.

–         Cousine Emeline, s’écria Florian, sois la bienvenue en cet antre de l’amour.

   Emeline ne savait trop quelle contenance adopter, mais finalement se laissa emporter par les démonstrations de bienvenue qui lui étaient prodiguées : tous trois se retrouvèrent nus sur le lit douillet. On se fit des chatouilles, des papouilles, des gratouilles, tout un tas de délicieuses caresses qui vous mettent le corps en émoi et lorsque Florian fut hors course, les deux femmes poursuivirent un long moment encore leur folle chevauchée, avant d’atteindre à leur tour un sommeil réparateur.

   Aïcha, durant ce temps, s’éloignait des terres du Sultan Tacul, en compagnie de son ami Tamère, en direction des terres du Sultan Bourrin. Quelques musiciennes qui accompagnaient d’ordinaire la danseuse dans ses exhibitions, étaient du voyage, heureuses de voir leur vie prendre un tour nouveau.

   Au cours de ce déplacement, l’occasion leur fut donnée de rencontrer, dans une région montagneuse, un groupe d’une quarantaine d’hommes. Avec leur chef, un certain Ali, ils vivaient de rapines, dévalisant les caravanes des voyageurs et des commerçants. Aïcha sut faire face à ces détrousseurs et, afin de calmer de  possibles velléités, décida de les amuser. Et avec ses compagnes, elle leurs montra  tous les secrets de son art. Les voleurs furent subjugués par  ce délicieux intermède qui laissa Ali, baba ; et pour honorer cette délicieuse almée, il lui trouva pour la nuit, une place dans l’une des cavernes où il remisait le butin de ses vols. Elle ne se montra pas indifférente et sut lui apporter l’apaisement de ses sens enfiévrés à la vue d’une aussi jolie femme. Ce soir là, Aïcha fit preuve d’une maestria hors du commun et d’une imagination peu ordinaire : elle s’offrit à lui dans la position de la tigresse khmère, celle du python musculeux et le gratifia enfin d’une mémorable sucette, qui, une fois encore laissa Ali, baba.

   Après ces exploits, Aïcha se demanda quelle conduite tenir ; elle avait fort envie, de se faire une place auprès d’Ali, mais par ailleurs elle savait que l’envie des hommes est éphémère et qu’un jour, un minois plus frais, une chair plus lisse viendrait prendre sa place. Dans l’immédiat, elle se donna le temps de la réflexion et durant quelques jours fit halte, dans l’attente de rejoindre le palais du Sultan Bourrin.

   Quant à Emeline, lorsqu’elle s’éveilla, elle se remémora les magiques instants vécus avec son cousin et cette jeune femme qui, comme Aude autrefois lui avait procuré de merveilleux frissons.  Elle ne savait toujours pas, ce que Florian faisait ici en cette demeure au lieu de poursuivre ses études médicales. Elle décida de le réveiller afin d’avoir tous les éclaircissements possibles ; et la meilleure façon de le tirer de ses rêves n’était-elle pas d’offrir à son sexe endormi, les bienfaits d’une bouche ravageuse qui fit un beau miracle ; et lorsqu’elle avala le délicieux nectar, elle se rendit compte qu’elle avait faim.

Au cours du repas qu’elle prit en compagnie de son cousin, Emeline apprit ce que les Ursulines avaient omis de lui enseigner au sujet de ces maisons où des femmes jolies, mettaient leur charité à faire du bien à leur prochain. Mais surtout elle découvrit que son  Florian, du fait de la vie désordonnée qu’il s’était  créée, n’avait plus un seul écu, et même était endetté au-delà du raisonnable, pour avoir dilapidé le pécule fourni par le Comte, son père, pour subvenir à ses études.

   Il était temps qu’elle intervienne. Reste à savoir comment…

   Albine avait trouvé refuge au campement du Comte Adalbert Flavien Gaétan de Coucy. Elle avait beau avoir troqué sa robe pour un costume d’écuyer, elle n’osait pas trop se montrer,  craignant qu’on ne remarque, malgré ses efforts pour le dissimuler, un buste un peu trop proéminent. Elle patienta tout le jour, se nourrissant de quelques fruits chapardés ça et là, attendant le retour de son Renaud,  chargé durant la bataille contre les hommes de l’Emir Obolan, d’arborer l’écusson de son maître. Lorsqu’il revint, ce fut pour lui annoncer le désir d’Adalbert Flavien Gaétan de Coucy, devenu vice-roi, de fêter cette promotion par une nuit de folies amoureuses avec elle.

   Toute autre aurait été satisfaite de cette nouvelle, prélude à une ascension sociale certaine. Il n’en fut rien ; Albine, fidèle aux élans de son cœur et amoureuse de Renaud, ne se voyait pas dans la couche d’Adalbert Flavien Gaétan de Coucy, fut-il devenu vice-roi. Elle renouvela à Renaud la force de ses sentiments,  et pour mieux l’en assurer se donna à lui sans réserve : elle en avait une folle envie ; après les longues heures de séparation, un tendre moment d’intimité fut le bienvenu. Ceci fait, et bien fait, elle décida de la conduite à tenir : faire croire qu’elle avait disparu. En réalité, elle avait une idée en tête : partir avec les troupes royales et regagner avec elles, Jérusalem, en compagnie des frères hospitaliers, qui d’ordinaire suivaient la troupe pour soigner les blessés, et dont elle avait remarqué la présence dans le campement, sous des tentes de campagne, parées d’une croix rouge. Elle laissait à Renaud le choix de la rejoindre à un moment opportun, ou de rester définitivement hors de sa vie, au service du Comte Adalbert Flavien Gaétan de Coucy. Un tendre baiser, scella ce projet ; désormais, il incombait à Renaud de prendre une décision à partir de laquelle elle organiserait sa vie.

Raimondo (à suivre)

Actu-m’en diras tant! Novembre 2011

Posted in Actualités & hors-série on novembre 10th, 2011 by gerard – Be the first to comment

 Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

1/ Plus que scandaleux, c’est écoeurant ! La TV Allemande démontre que de nombreux députés européens POINTENT le matin à 7 h00 pour bénéficier d’indemnités de présence non négligeables… les valises  prêtes, afin de  partir en week-end. Le commentaire est en Allemand et sous-titré en Français : Aussi ahurissant qu’édifiant ! http://dotsub.com/view/01ad2718-073c-474a-ac40-c7a72e199d55

2/ Comment voulez-vous que nos enfants nous écoutent ?
-Tarzan vit à moitié à poil…

-Peter Pan marche à côté de son ombre (faut arrêter le chichon, mon gars!)…

-Hercule est velléitaire, il avance, il recule, comment voulez-vous… ?

-Le bossu de Notre-Dame a un vocabulaire limité ; de plus, il est sourd comme un pot…
-Le Petit Poucet gaspille le pain…

-Mickey a une voix de castrat…

-Merlin ne se rase jamais…

-Tintin a un problème capillaire…

-Mary Poppins est concon, elle invente des couillonnades dénuées de sens (ex : supercalifragilisticexpidélilicieux )… ou alors, c’est trop de fumette !

-Spirou, en pantalon rouge, fait une cible parfaite…

-Alice discute avec des animaux (passe encore!), mais aussi avec des cartes à jouer (non mais, ça va pas la tête?)

-Lucky Luke est un amant détestable, il tire son coup plus vite que son ombre…

-Cendrillon rentre à minuit…
-La petite fille aux allumettes joue avec le feu…

-Nemo est un handicapé physique (nageoire atrophiée)…

-Ratatouille fréquente les égouts entre deux préparations culinaires…

-Tom Pouce est à l’Elysée…

-Popeye est violent…

-Dumbo et Babar ont des problèmes de surcharge pondérale…

-Peau d’âne couche avec son père…

-L’inspecteur Columbo fait négligé en permanence…

-Bécassine a un QI lamentable…

-Il a fallu 7 films et dix ans (2001-2011), avant qu’Harry Potter ne roule une pelle à Hermione…

-Pinocchio passe son temps à mentir…
-Tom Sawyer traînasse toute la journée au lieu d’aller à l’école…

-Aladin est le roi des voleurs…

-Porcinet fait de l’ombre à François Hollande…

-Bambi est sans doute inverti, rien qu’à voir ses yeux maquillés…

-Mowgli est un véritable sauvageon…

-Jessica Rabbit est une garce : Elle excite les mâles, et après, c’est makache pour conclure…

-Garfield est obèse à force de s’empiffrer de lasagnes…
-Batman conduit à 320 km/h…
-Superman porte son slip
par-dessus son collant (il est fada ou quoi?)…

-La Belle au bois dormant est une grande flemmarde…
-Shrek pète à tout bout de champ, prétendant qu’il vaut mieux que ça soit dehors que dedans (n’importe quoi!)…

-Blanche Neige vit avec 7 mecs…
-Hulk donne toujours l’impression qu’il va gerber, tant son teint est verdâtre…

-Le petit Chaperon rouge n’écoute pas sa mère…

-En fillette qui se néglige, la petite sirène sent la crevette…

-Blake et Mortimer sont sans doute homosexuels…

-Spiderman a toujours les mains poisseuses, à se demander s’il n’a pas une prédilection pour l’onanisme…
-Sans oublier Astérix qui se dope à la potion magique fournie par un dealer qui est le curé du village…

-Gaston Lagaffe… Euh ! Lui non, ça va !
Et nous nous étonnons quand nos gosses font des conneries…

Hé oui, déjà trois ans!

Posted in Remixito on novembre 1st, 2011 by gerard – 1 Comment

  Oui mes loulous! Cela fait trois ans ce soir que ce blog est    ouvert! L’opinion internationale en est toute retournée.

Qui aurait pu penser qu’un tel ramassis de sottises soit désormais inscrit au Patrimoine Culturel mondial de l’UNESCO ?

Il faut dire que nous n’avons ici que des collaborateurs de premier choix:

Et d’abord, l’incontournable Adhémar qui, d’hilarité, vous fit inonder bien des caleçons, tant sa verve frondeuse, son suivi très personnel de l’actualité et son immense culture assurent une situation pérenne audit blog.

Ensuite, il y a Raimondo, le poète perdu dans ce monde de brutes; venu trop tard dans un XXIème siècle matérialiste, alors que son talent et sa paillardise l’auraient certainement mis au premier plan au « Siècle des Lumières ».

Enfin, mon ami de toujours, Michel, qui peaufine pour vous des mots-tiroirs finement spirituels et franchement drôles.

Je n’aurais garde d’oublier celle à qui nous devons d’exister: La délicieuse Fefaine, que nous n’avons jamais vue IRL, et qui est pourtant si présente sur ce site.

Merci aussi à ceux qui nous font l’amitié, de temps en temps, de mettre un petit commentaire. Pour les autres visiteurs du site, je dirai: « Ne soyez pas timides, les amis, n’ayez pas peur de mentionner vos critiques, quelles qu’elles soient! »

   Alors, bien sûr, il y a de grandes satisfactions: Le roman médiéval de Raimondo, les sagas drôlatiques de DSK et de Khadafi, les comics-strips qui remplacent les clips en Juillet et en Août, etc, etc…

Mais il y a aussi, hélas, un gros bide: Je ne comprends toujours pas pourquoi le « Concours permanent » a si peu de succès. Sans doute est-il mal placé sur le site, et beaucoup de gens omettent d’y faire un tour…

Je répète encore que si vous éprouvez des difficulté « techniques », envoyez-moi votre synopsis à gigagc@live.fr et je me chargerai de la matérialisation de votre projet.

Les illustrations du présent article font références à la récompense de « L’Escarre » obtenu au Festival de Lhassa (la salle pouvant contenir, au choix, soit 2 452 occidentaux, soit 426 681 chinois standards) , l’autre reconnaissance étant la « Paniss’Coupe-à-Coeur », remise dans le Grand Auditorium de Montastruc-la-Conseillère.

L’avenir?… Ben, c’est ça:

http://www.remixito.fr/tv-cinema/scene-culte/blair-witch-project/le-1er-novembre-2008-le-site-gigaproduction-apparut-sur-le-web-bouleversant-le-ronron-paisible-de-l-occident.html

Sinon, si ça n’avait pas été « payant », on aurait pu retrouver la binette de vos serviteurs fêtant Halloween sur JibJab:…ou, parce que c’est « free » (= gratuit) rien que Fefaine et Raimondo ici:

http://sendables.jibjab.com/view/y4uILu4deWVDIHvD

Comment doit-on dire?

Posted in 007tv on novembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment

Le D.S.K est tout chaud, ou le D.S.Ki est tout schuss?

Ceux par qui la dégringolade va arriver…

Posted in BigSpaceShip on novembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment
La Grèce, le pays où, dans l’Antiquité, l’homosexualité était considéré comme une pratique courante et non blâmable; de facto, ils continuent à nous (=le reste de l’Union Européenne) la mettre bien profond:

Un coup dans l’ego pour Ségo

Posted in BombayTV on novembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment

Même pas sur le podium!…

 

L’Iran se permet des joujoux de plus en plus sophistiqués

Posted in BombayTV on novembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment
Interrogeons-nous: Pourquoi nous et pas eux?…

Casting viril

Posted in ClassicTV on novembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment

Phoque you!