Archive for décembre, 2011

Joyeuses fêtes de fin d’année!

Posted in Perlouzes solitaires on décembre 20th, 2011 by gerard – 1 Comment

VoeuxTout le staff vous souhaite un Joyeux Noël et un bon bout d’an! Nos meilleurs voeux pour vous et ceux que vous chérissez en 2012! Profitez-en bien, au moins jusqu’au 21 Décembre, parce qu’après: BADABOUM! C’est la fin du Monde selon une bande de doux gagas…

Cette année, lou Médé (=Médéric Gasquet-Cyrus) a fait une « retape » tardive pour ses santons actualisés… Qu’importe! J’en avais déjà commis encore quelques-uns, comme ça, uniquement pour le fun, bien avant qu’il n’en fit la demande. Hélas! Je rappelle qu’il est absolument nécessaire de posséder le « parler de Marseille » pour pouvoir « goper » quelques nuances de la « languo nostro »:

Lou lanbator: Santon hybridé qui, hélas, joue de malchance (Citons en exemple Loule Hanbator : « On dit qu’il a mal yak-apé dans la vie! »). En fait, un pauvre mongolien qui ne se nourrit que de yoyourtes. Se déplace souvent avec deux autres collègues pour aller bader les exploits cagatoires de l’équipe locale de footeux, et pour cela emprunte les transports en commun (ligne Canebière-Bourse/Luminy), on parle donc bien de « treis’O.M. 21 »!

Lou frioulain: Santon résident permanent de l’île de Ratonneau toujours en train de se plaindre et de chercher garouille. A grands frais, on lui a amené l’aigo et l’électricité, on lui a installé un tout-à-l’égout spécifique, il bénéficie de tarifs spéciaux pour les navettes… et il râle encore! Ecoute gari, avec tes petites mimines, t’as qu’à construire un pont ou creuser un tunnel, on se fera un plaisir de prolonger le 35 (ou le 80) jusque devant chez toi, en attendant, non roumpas les alibofis!

Lou barde-banlieue: Santon des faubourgs Nord (plutôt que Sud) de la Marsiale, et qui se croit le chantre du XXIème siècle en « rappant » consciencieusement une bouillie de mots, un salmigondis d’idées toutes faites et de clichés éculés de frais! Un peu comme le fait le pseudo-intello Akheconcon du groupe alimentaire m’IAM-m’IAM. Comme la réussite _ Merci Bonne Mère! _ se met, dans 99% des cassos, aux abonnés absents, il se tourne alors, pour subsister, dans la voyounocratie triomphante. Là, il faut reconnaître qu’il a un grand succès en s’attaquant à votre tuture quand vous avez l’esquine tournée ou à votre arrière-grand-mère qui fait 30kg toute mouillée. Bello jouvènço! Bravo con d’aï !

Leis indignadous : Santons qui prétendent faire la révolution en faisant sisitte en permanence. Adorent faire leur pénéquet à l’extérieur. Quand il leur arrive de se réveiller, c’est uniquement pour brailler tout et son contraire. Masochistes convaincus qui attendent impatiemment de recevoir une bonne filade de la police, ou de s’encaper dans la tronche une bonne giclée d’aérosol garnie au pèbre d’aï !

Lei languo fourcada : Pas réellement des santons, mais plutôt certains interprètes des « Pastorales » au moment des fêtes qui, ayant trop forcé sur le pastaga ou le vin cuit, ont des difficultés à restituer leur texte. Et là, c’est la cagade, ça devient du n’importe quoi… Exemple : « Comme le tampax !!!… Hé bé, y fait pachole ce soir. Bah ! Il fera puceau demain ! »

Depuis, j’ai pondu également ces trois-là:

Lou cal-en-bourre: Santon calendal visible à Phocée et à Hambourg. Besogneux impénitent qui le pénis tend, s’occasionnant des indurations mal placées au moment des coïts.

La Nafitassou: Santon victime expiatoire qui espilla jusqu’à la dernière goutte le trop plein d’estrambord du daièscanou. La prestation finie, des témoins l’auraient même entendu chanter: « …Vuejo à plen bord, vuejo à bord lis estrambord… ».

L’interviou: Là encore, ce n’est pas un santon, il s’agit de l’entretien plus ou moins domestique que fit lou daièscanou à un fromage maigre, la Banon.»

Michel, quant à lui, vous fait de jolis cadeaux avec de nouveaux mots-tiroirs: absinthéisme, déclarationnement, délicomtesse, inch’tituteur, pimentir, sodat et subliminots. Toujours à la même adresse: http://gigaproduction.fefaine.be/2006/06/25/dictionnaire-de-mots-valises/

Ajout du 30 Décembre 2011: Médéric Gasquet-Cyrus a finalement parlé de nos santons dans sa chronique quotidienne sur France-Bleu-Provence. et d’abord, un de Michel de l’an dernier (cf le « Santoni » ici: http://gigaproduction.fefaine.be/2010/12/20/test-noel/ ) le 19 Décembre 2011 …et dire qu’il me cite alors que je lui avais bien précisé que la paternité de cette trouvaille appartenait à Michel. Par contre, je vous ai mis en vert mon santon qu’il a bien voulu prendre en compte quelques jours plus tard, cliquez ici:  Emissiondu27déc2011  A l’an que ven! L’année prochaine, on lui en pondra d’autres…

Raimondorama 03

Posted in Oulibouf on décembre 20th, 2011 by gerard – 1 Comment

Toujours prolifique _ mais la quantité n’altère en rien la qualité_ Raimondo se lance dans une nouvelle série « LES ARTISANES INSANES DE NOS VILLAGES » Voici donc les quatre premiers portraits de ces vaillantes compagnes qui ont bien mérité de la Nation peut-être, mais des nationaux très certainement. Et nous commencerons par la première citoyenne de la Commune…

Madame le Maire

Elle avait des rondeurs vraiment appétissantes

Et cette femme-là me rendait insensé.

Car elle était jolie et tellement bandante

Que j’aurais pu soudain, sur elle, me jeter

Et la déshabiller, la mettre toute nue,

Pour pouvoir admirer et son ventre et son con,

Caresser les rondeurs de son très joli cul

Et titiller aussi ses deux coquins tétons.

Mais cette femme-là semblait inabordable :

 Au village elle était l’élue des citoyens ;

Il devenait alors tout à fait impensable

Que j’agisse avec elle comme un grossier vaurien.

Or, il advint qu’un jour le ciel me fut clément :

Il neigeait, et soudain cette femme rêvée,

Au détour d’une rue parut subitement

Marchant avec prudence, et à pas mesurés.

Elle aurait pu glisser, mais mon œil vigilant

Surveillait tous ses pas avec acuité. 

Et m’élançant soudain je bondis prestement

Alors qu’elle allait choir sur le trottoir glacé.

L’édile me sourit pour cette intervention,

Serrant avec ferveur ces mains qui la sauvèrent

D’une chute fatale et d’une luxation

Qui auraient pu bien sûr se révéler sévères.   

 

Le soir, en mon logis, j’eus l’immense  bonheur

De voir venir à moi cette femme adorée

Qui se mit à sucer mon sexe avec ardeur, 

En caressant mes couilles d’une main veloutée.

Telle elle était venue, telle elle disparut,

Et j’eus le déplaisir alors de constater

En cherchant vainement trace de sa venue,   

Que mes mains étaient moites et ma couche souillée.

                                                                  Raimondo 2011

Anita la fleuriste 

Parmi les roses et le lilas

Travaillait la belle Anita

Qui avec art confectionnait

Des gerbes ainsi que des bouquets.

J’allais chez elle quelquefois

Pour y quérir des fleurs des bois

Dont j’ai toujours apprécié

Les exquises senteurs  musquées.

D’ordinaire la belle enfant

Avait un air très avenant

Mais ce jour-là,  je fus navré

De voir son visage éploré.

« Que se passe-t-il  Anita

Pourquoi faire cette mine là

Vous qui avez à l’ordinaire

Un sourire extraordinaire ? »

« Cher monsieur dans notre boutique

Il nous faut en toute logique

Maintenir pour garder nos fleurs

Température de rigueur ;

D’habitude je supporte bien

Le froid de notre magasin

Mais ce matin en vérité

Mes tétons en sont érigés. »

« Permettez-moi ma chère enfant

De pallier cet inconvénient

Et de poser mes chaudes mains

Sur la rondeur de vos deux seins. »

Comme elle ne disait pas un mot

J’ai essayé tout aussitôt

De réchauffer avec mes doigts

Ces tétons que pelaient de froid.

Le miracle se produisit,

La belle Anita fut ravie

Et je sentis à ses soupirs

Qu’elle y trouvait un grand plaisir.

 

« Cher Monsieur, vos mains sont divines

Et je sens bien que votre pine

A pris soudain une érection

Nécessitant une succion,

A mon tour je veux remercier

Votre belle civilité

Vous faisant avec affection

Une bien douce fellation.

Et ce soir, quand viendra la nuit,

Quand mes clients seront partis,

Revenez me voir car je veux

Sentir en moi ce puissant nœud. »

                                                   Raimondo 2011

Odette, la marchande de journaux  

Au comptoir de presse du coin

Quand j’achète mon quotidien

J’aime à discuter un moment

Avec le brave négociant

Qui commente, avec sa faconde,

Toutes les nouvelles du monde.

Hors un jour qu’il était absent,

Indisposé probablement,

C’est sa fille, le belle Odette,

Qui m’a fait alors la causette.

Croyez bien qu’à tous ses propos

Je n’ai pas répondu un mot,

Tant mes yeux étant subjugués

Par l’ampleur du décolleté

Que cette gracieuse enfant 

Laissait entrevoir aux clients ;

Outre ces appâts en obus

Elle avait un fort joli cul

Et des cuisses bien fuselées

Qui m’ont vraiment déboussolé.

Soudain j’en ai perdu la tête,

Ma main glissa sous sa jupette

Et je suis alors arrivé  

Entre deux cuisses veloutées ;

En poursuivant j’eus un vertige

Trouvant des rondeurs callipyges

Qui étaient pratiquement  nues

Du fait d’un  string assez ténu.

Ces caresses il me faut l’avouer

Ne furent jamais repoussées,

Au contraire, la  belle enfant

Serra ma main très fortement

Pour qu’elle ne puisse s’en aller

Tant sa présence était goûtée.

Mes doigts curieux et indiscrets

Allaient chercher d’autres secrets

Quand soudain une sonnerie

Dans la boutique retentit

Marquant la venue d’un chaland.

Il nous fallut évidemment

Cesser notre batifolage,

Insatisfaits et plein de rage

De n’avoir pu mener plus loin

Notre délicieux  entretien.

                                                  Raimondo 2011

La boulangère

Chaque matin, la boulangère,

Serrée dans son tablier blanc,

Etalait sur les étagères

Viennoiseries et petits flans.

 

Penchée sur le vaste étalage,

Elle posait aussi des croissants,

Laissant entrevoir un corsage

Où trônaient deux seins pigeonnants.

 

Alors qu’elle  faisait sa besogne

Une main fouineuse survint

Qui lui caressa sans vergogne

Son très généreux popotin.

 

Car cette femme était pourvue

Non seulement de très beau seins,

Mais elle avait aussi un cul

Qui attirait souvent les mains.

 

Et ce matin-là, le mitron

Ne put vraiment pas s’empêcher

De lui caresser sans façon

Les rondeurs de son beau fessier.

 

La femme eut pu être offusquée

Par cette ignominieuse  offense

De la part de son ouvrier

Qui manquait par trop de décence;

 

Mais ce matin-là, au contraire,

Elle trouva le geste charmant,

Et notre aimable boulangère

Releva son tablier blanc

 

Afin de laisser découvrir

Sa très intime nudité

Qui excita tous les désirs

De son mitron émerveillé.

 

Celui-ci, excusez du peu,

Se mit à bander comme un âne

Alors il s’élança, heureux,

Dans la douceur de cette femme ;

 

Et quelques va et vient plus tard,

On pouvait  bien sûr s’en douter,

Le mitron se vida le dard

Et sa patronne  prit son pied.

                                                                                Raimondo 2011

 

Actu-m’en diras tant! Décembre 2011

Posted in Actualités & hors-série on décembre 10th, 2011 by gerard – Be the first to comment

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

1/ Marseille, marché libre de la Kalachnikov : Le plus dur n’est pas de trouver une AK47, mais les munitions qui vont avec (Authentique!). Notre Maire et le Ministre de l’Intérieur clament haut et fort que la délinquance est en baisse à Marseille. Sans doute quand on a voiture blindée et chauffeur. Il n’y a qu’à suivre, un tant soit peu, l’actualité pour se rendre compte qu’il faudrait faire un Téléthon pour payer à ces deux nécessiteux un journal, un hebdomadaire ou une heure de télé sur BFM/TV (ou toute autre chaîne d’information). Politique de l’autruche, politique où l’on triche ! Politicards de la méthode Coué, politique de la méthode couard !

2/ Alain Minc a une mentalité de parricide : Il y a quelques mois, à « Parlons net », émission de France-Info, le tout nouveau promu Conseiller de notre Président _ Commandeur de la Légion d’Honneur à 59 ans _ a la solution « progressiste » (sic) pour régler « l’effet du vieillissement » sur la Sécu : Faire payer les vieux qui coûtent cher à l’Etat. Il s’est même fendu d’une anecdote : « J’ai un père qui a 102 ans. Il a été hospitalisé 15 jours dans un service de pointe. Il en est sorti. La collectivité française a dépensé 100.000 € pour soigner un homme de 102 ans. C’est un luxe immense, extraordinaire, pour lui donner seulement quelques mois ou quelques années de vie supplémentaires ». Et de poursuivre qu’il trouve « aberrant » que l’Etat  « m’ait fait ce cadeau, à l’oeil ». Et il persiste : « Je pense qu’il va bien falloir s’interroger sur le fait de savoir comment on va récupérer les dépenses médicales des très vieux, en ne mettant pas à contribution ou leur patrimoine, quand ils en ont un, ou le patrimoine de leurs ayants droit ».

Amis retraités, vous avez saisi le message j’espère. Il ne nous reste plus qu’à crever en chœur pour lui faire plaisir !

Hors série: Histoire 02

Posted in Actualités & hors-série on décembre 10th, 2011 by gerard – Be the first to comment

Il y a tout juste un an paraissait le premier hors-série historique (  http://gigaproduction.fefaine.be/2010/12/10/hors-serie-histoire-01/ ) ), voici aujourd’hui le second! Tout comme le reste, ce n’est pas l’exclusivité d’Adhémar et moi, nous sommes totalement ouverts à vos productions personnelles.

A la prochaine fois, pour une autre série de dix…

DSK mis en garde

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment

Comme l’a dit Rocard: « Mais c’est un malade! » (Comme il y a 6 sous-titres, un second passage est quelquefois nécessaire pour avoir l’intégralité du clip):

http://www.grapheine.com/bombaytv/movie-fr-e02525ed2d6363dd37f8d905b6f973ba.html


Emergents et revanchards

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2011 by gerard – 1 Comment
Le Premier Ministre et le Président de l’Inde dévoilent leur stratégie économique hégémonique:

Un nouveau présidentiable franco-allemand

Posted in Remixito on décembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment
En route pour un quatrième Reich? S’il a l’accent du terroir, ce serait plutôt d’outre-Rhin:

Contrôle des fraudeurs à la Sécu

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment
Commettre un « cuir », cela peut nous arriver à tous:

Johnny le grammairien

Posted in Remixito on décembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment

A que coucou!

http://www.remixito.fr/tv-cinema/scene-culte/rire-lambert/johnny-le-grammairien.html

Armani, Gaultier, Lagerfeld, etc… enfoncés!

Posted in BombayTV on décembre 1st, 2011 by gerard – Be the first to comment
Yep! Tout comme la Rosette… de Lyon! (Oui, je sais, j’ai oublié un « t » à « peut-être »! Héo! J’ai la flemme de recommencer, vu?):