Archive for août, 2012

Parodies 05

Posted in Oulibouf on août 20th, 2012 by gerard – Be the first to comment

A part Adhémar en Avril dernier, cela faisait longtemps que nous ne nous étions plus confronté à la parodie, au pastiche. Depuis Février 2011 en fait! Voilà un oubli de réparé:A/ Colloque génital (Adhémar – 1951)

Pour l’original : http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/paul_verlaine/colloque_sentimental.html

 

Dans le vieux parc dégueulasse et puant

Deux tantouzes se perforaient le fondement.

 

Leurs nœuds sont mous et leurs couilles sont molles

Et leurs ébats, ce ne sont que paroles.

 

Dans le vieux parc plein de seringues sales

Deux vieux pédés s’amidonnent les amygdales.

 

Te souvient-il des garçons de jadis ?

Ces petits cons m’on foutu la chaud’piss’***

 

Ton vit se dresse-t-il toujours à leur seul nom ?

Vois-tu toujours leurs culs en rêve ? – Non.

 

Ah ! les beaux jours de sodomies indicibles

Où nous joignions nos verges ! – C’est possible !

 

Qu’il était grand ton zob, et grand mon trou du cul.

Tout cela s’est enfui dans le ciel noir, vaincu.

 

Tels ils marchaient, comme deux grandes folles,

Et chacun d’eux m’a foutu la vérole.

Paulo Vers l’aine / Adhémar 1951

 ***licence poétique. B/ Ode Ronsardienne (Raimondo – 2011)

Une ode très librement inspirée de: http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/pierre_de_ronsard/mignonne_allons_voir_si_la_rose.html 

Mignonne  remontre moi la chose

Que l’autre jour j’ai découvert

Soulevant  une  jupe rose

Faite d’un fort soyeux mohair.

Ce jour là, c’était merveilleux,

Tu n’avais pas mis de culotte

Et j’ai contemplé radieux

La rousseur d’une belle motte.

Lorsque tu m’as tourné le dos

Ce fut une réelle ivresse

De constater le beau duo

D’une très jolie paire de fesses.

Je fus comblé par ces beautés

Et mes mains  tremblantes d’amour

Longuement se sont attardées

Sur ces délicieux contours,

Mes lèvres assoiffées de désir

Bien vite se sont mise à baiser

Cette peau nue faisant frémir

Tout mon pauvre  corps enflammé.

Alors d’une langue goulue

J’ai titillé le fin bouton

Exhibé d’un sexe velu

Qui faisait mon admiration.

Tu t’es ouverte à mon envie

Ouvrant tes cuisses fuselées

Pour laisser pénétrer mon vit

Au creux de ton intimité.

Dès lors ma caresse  fougueuse

S’exprima avec fulgurance

Et une onde voluptueuse

Te fit crier de jouissance.

Pour répondre à ta volupté

A son tour prenant son essor

Mon sexe  s’en vint se vider

Dans l’antre tiède de ton corps.

Mignonne, viens, recommençons

Ce que l’autre jour on se fit

Aimons- nous  avec la passion

Dont nos corps ont la folle envie.

Caresse mes roubignoles

Suce-moi l’oignon (bis)

Caresse mes roubignoles

Vive le con

De Suzon C/ Jasmine (Gérard – 2012)

Je reconnais que ce qui suit n’a rien de drôle, mais on peut se permettre une petite exception de temps en temps, non? Pour la musique, elle est inspirée du folklore québécois; pour les paroles de 1929 _ P…! C’est pas jeune non plus!_  ( http://gauterdo.com/ref/ss/son.voile.qui.volait.html ) , merci à Pierre Daignault. Une interprétation comme une autre ici: http://www.youtube.com/watch?v=YDimcZL5qX0

 

Elle était féministe, haïe des talibans (bis)

Elle s’appelait Jasmine, avait juste 20 ans

Refrain standard :

Sans voile par ci, sans voile par là

Son voile s’envolait, s’envolait

Son voile s’envolait au vent

 

Elle s’appelait Jasmine, avait juste 20 ans (bis)

Elle se disait laïque, zappant le ramadan

(Au refrain standard)

 

Elle se disait laïque, zappant le ramadan (bis)

Pour réussir sa vie, quitta l’Afghanistan

(Au refrain standard)

 

Pour réussir sa vie, quitta l’Afghanistan (bis)

Elle vint à Paris, rencontra Jean-Christian

(Au refrain standard)

 

Elle vint à Paris, rencontra Jean-Christian (bis)

Apprécia le Pouilly, les rillettes du Mans

(Au refrain standard)

 

Apprécia le Pouilly, les rillettes du Mans (bis)

Au Noël qui suivit, se maria en blanc

Refrain :

Son voile par ci, son voile par là

Son voile qui volait, qui volait

Son joli voile blanc

 

Au Noël qui suivit, se maria en blanc (bis)

Elle n’eut pas d’enfant, elle n’en eut pas le temps

(Au refrain standard)

 

Elle n’eut pas d’enfant, elle n’en eut pas le temps (bis)

Car quatre fous d’Allah l’égorgèrent au Printemps

(Au refrain standard)

 

Car quatre fous d’Allah l’égorgèrent au Printemps (bis)

Elle gisait dans la rue, ses yeux fixant l’avant

(Au refrain standard)

 

Elle gisait dans la rue, ses yeux fixant l’avant (bis)

Ses compagnes au défi relevèrent le gant !

Refrain :

Leurs voiles par ci, leurs voiles par là

Leurs voiles qui baignaient, qui baignaient

Qui baignaient dans son sang !

Actu-m’en diras tant! Août 2012

Posted in Actualités & hors-série on août 10th, 2012 by gerard – 1 Comment

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

1/ Jospin-Bachelot ou Copains-coquins : Lepéteux a désormais un nouveau qualificatif : le « renégat » (cf « Je me retire de la vie politique » 21 Avril 2002). Quant à la rombière, il faut se souvenir du formidable coup de pouce qu’elle donna à ses petits amis de l’industrie pharmaceutique (d’où elle venait) en leur commandant des millions de vaccins anti-grippe… Et ce sont ces deux assholes (Désolé ! Même en cherchant bien, je n’ai pas trouvé de déterminatif plus idoine!) qui vont piloter une mission sur _ tenez-vous bien ! _ la moralisation de la vie politique !

2/ Aphorismes de vacances : « Notre monde parviendra un jour à un raffinement tel qu’il sera aussi ridicule de croire à un Dieu qu’aujourd’hui de croire aux fantômes. » Georg-Christoph Lichtenberg

« Je t’aimerai, le temps de voir dans ce grain de beauté une verrue. » Jules Renard

3/ Revue politicienne inspirée par Monsieur Brassens ( http://www.youtube.com/watch?v=HFg2Ja6fVvk ) : Les 2 premières strophes sont d’Adhémar, j’ai embrayé sur la suite.

Quand je pense à Hollande, je débande, je débande

Quand je pense à Sarkozy, je débande aussi.

Quand je pense à Ségolène, mon dieu je bande à peine

Quand je pense à Lebranchu, là je ne bande plus !

 

Quand je pense à Marine, je ne sens plus ma pine,

Quand je pense à Ayrault, j’ai rien d’un taureau !

Quand je pense à Fabius, j’ai le coïtus interruptus,,

Quand je pense à Taubira, je ne bande pas !

Quand je pense à Rotweiler, j’ai pas la bite en l’air !

 

Quand je pense à Duflot, je n’suis pas au plus haut,

Quand je pense à Filipetti, mon sexe est sans appétit,

Quand je pense à Peillon, j’en ai mal aux roustons,

Quand je pense à Montebourg, Ô combien je débourre !

 

Quand je pense à Sapin, j’en ai pas mal aux mains,

Quand je pense à Hamon, pourquoi bander pour un c.. ?

Quand je pense à Carlotti, plus question de touche-pipi,

Quand je pense à Copé, moi je pense à co-pine !

 

Quand je pense à Harlem Désir, mon bassin a le tracsir,

Quand je pense à Valls, mes noix se font la valse,

Quand je pense à Bartolone, je n’en fais pas des tonnes !

Quand je pense à Bayrou, on n’peut que bander mou,

 

Quand je pense à Belkacem, mon popaul est tout blême,

Quand je pense à Collard, mon v.. reste peinard,

Quand je pense à Benguigui, là je bande à demi.

Penser à Moscovici me fait partir d’ici !

Hors-série: Spécial Culture-Marseille-2013 05

Posted in Actualités & hors-série on août 10th, 2012 by gerard – 2 Comments

Pas trop de boniments pour ce hors-série, seulement deux « histoires marseillaises » qui, malheureusement, sont véridiques.

1/ Anecdote ancienne authentique :José D’Arrigo était journaliste au « Méridional », c’est lui qui a fait (et qui fait toujours) de remarquables gloses sur le milieu marseillais. Un jour « Le « Méridional » et « Le Provençal » ont fusionné pour ne plus former que « La Provence »… Bon, jusque là, rien à dire, le talentueux journaliste continuait à bien faire son boulot, toujours spécialisé dans les affaires criminelles. Mais voilà-t-il pas qu’un beau matin, il se permit de commettre un article sur un sujet complètement différent : La rénovation de la Canebière. Comme bon nombre de marseillais, il faisait ce constat évident : l’artère-reine de la ville ne ressemblait plus à rien, c’était un fiasco complet. Ce qui « marchait » à Aix, par exemple, tournait au désastre chez nous. La mayonnaise n’avait pas « pris ». Oh Bonne Mère ! Qu’avait-il fait là ? Quel épouvantable crime de « lèse-maire » avait-il commis ! Monsieur Gaudin, très vexé, se rendit en personne dans le bureau du Directeur de « La Provence ». Là, il mit dans la balance le poids considérable d’une campagne publicitaire fort coûteuse contre l’éjection de D’Arrigo. Le pauvre Directeur, toujours à la recherche de subsides, n’hésita guère et congédia rapidement le journaliste. Pas de vague, tout en douceur, Jean-Claude Gaudin était parvenu à ses fins : Que voilà un bon démocrate défenseur de la liberté de la presse ! Il semble certain qu’il ignore superbement cette chanson d’Aznavour « Délit d’opinion » : http://www.youtube.com/watch?v=PBTVnFXAyt0

2/ Anecdote récente authentique (ou grosse gaffe!) : La semaine du 1er tour des législatives 2012, « Le Nouvel Observateur » avait mis Marie-Arlette Carlotti en couverture. Le Maire de Marseille jugea que c’était un abus médiatique et, de sa propre initiative et sans concertation aucune, fit prendre, par l’intermédiaire de gens obséquieusement dévoués (Bruno Gilles et Martine Vassal _ Quel nom prédestiné ! _) un arrêté municipal pour interdire l’exposition, aux devantures des kiosques et commerces de journaux, dudit hebdomadaire dans la circonscription où elle postulait à la députation contre le « surcouvé » chouchou Renaud Muselier. Il aurait reçu un satisfecit de Kim Jung-Un qui aurait déclaré : « Voilà un démocrate comme nous les aimons ! Ce monsieur sera toujours le bienvenu en Corée du Nord, terre paradisiaque pour une liberté d’expression comme le conçoit Jean-Claude Gaudin ! » La Ministre en charge des personnes handicapées ferait bien de s’occuper d’un certain empêché du bulbe dont le bureau donne sur le Vieux Port…Autre nota bene: A propos de cagoles, de kéké-mias et de parodies « ras-des-pâquerettes », cette daube affligeante, quasi digne d’Oulibouf, devrait vous faire passer un bon moment pour peu que vous preniez une attention particulière aux paroles: http://www.youtube.com/watch?v=H-IU6IYM800 (Attention ! Il y a une suite après le mot « Fin »)

 

12 comics strips 06

Posted in Actualités & hors-série on août 1st, 2012 by gerard – Be the first to comment

 

Vous êtes rodés s’pas? Alors en voici 4 pratiquement traduits du web:Puis deux autres où je suis intervenu pour moitié, voire davantage:Enfin, six inédits sortis à 100% de ma fantaisie:

Allez! A l’année prochaine!

Concours permanent: Apport personnel 6

Posted in Actualités & hors-série on août 1st, 2012 by gerard – Be the first to comment

Alors, les ramollos des neurones, toujours aucun effort, mmmh? Bah, ça ne fait rien, je vous aime bien quand même! La preuve:Je ne suis pas rancunier: A une prochaine fois!