Archive for octobre, 2013

Vas-y Frankie, c’est bon, bon, bon…

Posted in Oulibouf on octobre 20th, 2013 by gerard – Be the first to comment

Je me dois d’être franc avec vous, la série des « Censuré à la demande de… » n’est pas une création personnelle. Je devais avoir 14 ou 15 ans quand j’ai dégoté, chez un bouquiniste, « A la manière de… » (série 1950) par Paul Reboux, et notamment la parodie de « La garçonne » de Victor Marguerite, devenu, sous la plume du Maître de la Pastiche « La glaçonne ». J’ai beaucoup ri, et même encore aujourd’hui, à cette trouvaille. Par contre, le sujet, lui, est 100% sorti de mon imagination. Bon divertissement !frankie01 Chap I : Introduction (aucune connotation péjorative)

Quel singulier destin que celui de Frankie Laviolette ! Orphelin de père à trois ans, il fut élevé par une mère aimante et dévouée, mais qui refoulait en elle la désillusion d’avoir eu un garçon au lieu d’une tant désirée demoiselle. Professeur d’Education Musicale, elle lui fit très tôt partager sa passion pour les répertoires de soprani, les bluettes à l’eau de rose et l’apprentissage de la harpe.

Alors que les gars de son âge se foutaient des poings sur la gueule, se mitraillaient avec des armes en plastique, jouaient au foot en faisant des concours de pets dans les vestiaires, le jeune Frankie abandonna très vite ses figurines de GI Joe pour se tourner vers les poupées Barbie (*), apprit le point de croix, allait à la messe et à complies et se consacrait avec une sollicitude affectueuse à l’élevage de son hamster Bichouquette. Gracile, les traits fins, il faisait tomber sous le charme toutes les amies de sa mère qui n’arrêtaient jamais, lorsqu’elles venaient prendre le thé chez lui, de le câliner, de le cajoler, de lui dire qu’il était le plus mignon, le plus ceci, le plus cela, etc, etc…

Adolescent, il eut une révélation dans une salle de cinéma qui projetait un long documentaire sur la vie sexuelle des phoques qui s’…

…………………………………………………………………

Censuré à la demande des Exploitants de salles de spectacle

………………………………………………………………………………….

C’en était fait ! Il fallait bien se rendre à l’évidence : La gent féminine lui était indifférente, alors qu’il ressentait les plus tendres émois pour des camarades de classe masculins, et même pour un très jeune professeur agrégé de Lettres Classiques au point que…

………………………………………………………………

Censuré à la demande de Monsieur le Ministre de l’Education Nationale

……………………………………………………………….

Bon, il était inverti ! La belle affaire ! Aujourd’hui, dans nos sociétés, cela n’amène ni vindicte publique, ni même un étonnement. En d’autres temps, être sodomite était une marque de diabolisation. Par exemple, au Moyen-Age, on vous aurait supplicié en place de Grève, jusqu’à ce que mort s’ensuive, en vous versant du plomb fondu dans…

………………………………………………………………..

Censuré à la demande du Consortium des Industries Métallurgiques

……………………………………………………………….

Il était plutôt bon élève et, une fois son bac en poche, il fit des études supérieures de paysagiste où il excella tellement qu’il trouva tout de suite une embauche à la Mairie de Paris. On dit même qu’il fut pistonné par Monsieur le Maire en personne, après un essai…

………………………………………………………………

Censuré à la demande du Cabinet Particulier de Bertrand Delanoë

………………………………………………………………

Malgré sa conformité plutôt fluette, le Conseil de Révision ne l’ajourna pas. Il fit donc son Service Militaire comme tout un chacun. Pendant les classes d’instruction, il fut sous la c(r)oupe bienveillante d’un Sergent-Chef, légionnaire d’origine grecque, qui lui fit peaufiner la position du tireur debout, celle du tireur couché et même celle du…

……………………………………………………………….

Censuré à la demande du Ministère de la Défense

……………………………………………………………….

Une fois libéré de ses obligations militaires, il reprit son boulot. C’est lors d’un colloque sur la culture du Gardenia turgida dans le Sussex qu’il rencontra le fleuriste Jean-Mi Papiyon. Ce fut immédiatement le coup de foudre…

……………………………………………………………….

Censuré à la demande de l’Office National de Météorologie

………………………………………………………………..

Les deux tourtereaux ne pouvaient plus se passer l’un de l’autre, aussi décidèrent-ils de se mettre en ménage. Ils firent l’acquisition d’une charmante maisonnette à Pif-sous-Yvette, dans la banlieue parisienne, qu’ils aménagèrent amoureusement.

Dans l’entrée, un poster géant de Dave vous souhaitait la bienvenue. Le séjour, à dominante mauve, était illuminé par la présence des cadres de Pascal Sevran, Laurent Ruquier, Stéphane Bern, Steevy, Michou, Vincent McDoom et Jean-Pierre Coffe. Sur le frigo de la cuisine, on trouvait des magnets de Maurane, Catherine Lara, Amélie Mauresmo, Muriel Robin, Martina Navratilova et Mick Micheyl. Leur bureau-bibliothèque voyait trôner les portraits de Gabriele d’Annunzio, Jean Cocteau, Oscar Wilde, Marcel Proust, Pierre Loti et Rudolf Noureev, mais encore ceux dédicacés de Jean-Claude Gaudin, Bertrand Delanoë, Jean-Jacques Aillagon et André Labarrère. Ils se délectaient notamment de la lecture des vies de personnages historiques comme Henri III, Monsieur, le frère de Louis XIV, ou Laurence d’Arabie… De chaque côté du grand miroir de la salle de bains, Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld les regardaient se dénuder avec intérêt. La chambre, leur intime petit nid d’amour, avait un grand lit tendu d’organdi beige, et au-dessus duquel un immense tableau des Village People semblait les contempler d’un œil bienveillant. Ils avaient même prévu d’adopter plus tard un petit thaïlandais, c’est pour cela qu’une ravissante chambre d’enfant avait été agencée avec une galerie d’amis de la jeunesse : André Gide, Roger Peyrefitte, Jack Lang et Frédéric Mitterrand.

Ils passaient là des jours heureux en visionnant les films de leurs artistes préférés (Jean Marais, Rock Hudson, Anthony Perkins, Jodie Foster, Cary Grant) ou en écoutant du classique (Hervé Vilard, Elton John, Pierre Palmade, Thierry Le Luron, Charles Trenet, Luis Mariano, Eric Morena, Boy George, Félix Mayol et Charpini)…

………………………………………………………………..

La SACEM a demandé, et obtenu _ par mandement d’huissier_ l’annulation de la suite de cette description

………………………………………………………………..

Chap II : L’été meurtrier

Par un beau Dimanche après-midi de la mi-Juin, Frankie s’occupait, dans leur petit jardin, à tailler un rosier grimpant, perché sur une échelle. On ignore comment se fit l’affaire, mais les pieds de l’escabeau ripèrent, Frankie perdit l’équilibre et tomba lourdement, dans l’allée cimentée, sur le coccyx. La douleur fut intense et il se mit à hurler de ce qu’il pâtissait. Jean-Mi, affolé, composa le 18 pour avoir des secours. Les pompiers, rapidement sur les lieux, l’emmenèrent aux Urgences de l’hôpital voisin.

Les radiographies révélèrent qu’il s’était bel et bien fracturé l’os terminal du rachis. Comme vous le savez, cette partie du corps ne peut être plâtrée, il faut attendre que la nature remette les choses en place tout en prenant des analgésiques pour combattre le mal enduré. Dans son lit d’hôpital, il gisait, couché sur le ventre en espérant des jours meilleurs… Effectivement, les choses allaient de mieux en mieux, et, au bout de 48 heures, il put même commencer à se retourner. C’est alors qu’il se rendit compte d’une séquelle importante de son accident : Lorsque l’infirmière venait lui prendre sa température, il ne ressentait rien ! Au début, il se dit que c’était bien normal avec un fondement en capilotade. Pourtant, une semaine plus tard, c’est à dire la veille de sa sortie, et alors que les médecins l’avaient déclaré apte à rentrer chez lui pour une longue convalescence, il avait réussi à faire acheter par Jean-Mi un thermomètre. Il se l’introduisit une fois, deux fois, cent fois…

……………………………………………………………….

Censuré à la demande des fabricants d’instruments médicaux

……………………………………………………………….

Nada ! Aucune sensation quelconque de toucher rectal ! Il fallait bien se rendre à l’évidence, Frankie avait perdu le goût du…

……………………………………………………………….

Censuré à la demande du Cercle Gastronomique Français

………………………………………………………………

Une fois chez eux, les deux amis se lamentèrent longuement. Mais Jean-Mi finit par se reprendre contre l’adversité, et décida de tout mettre en œuvre pour que son infortuné compagnon recouvre ses sensations et redevienne comme avant. Il décida d’y aller par petites étapes. Il commença d’abord par l’achat de cigares…

………………………………………………………………

Censuré à la demande de Raùl Castro, Président de Cuba

……………………………………………………………….

     L’expérience fut on ne peut plus négative. Il se rendit un peu plus tard au marché. Il ramena un cabas plein de courgettes, de bananes, de cantaloups (cucumis melo reticulatus) afin de tenter quelques intromissions…

                          ………………………………………………………..

Censuré à la demande du pool français des maraîchers                                                    ………………………………………………………………….

Le résultat fut là aussi insatisfaisant. Il partit chez Ikea faire l’acquisition d’un siège en kit. Il se munit alors d’un barreau de chaise et…

………………………………………………………………

Censuré à la demande du Syndicat du mobilier

……………………………………………………………..

Nada ! Un ami coiffeur pour dames leur confia un séchoir de taille conséquente afin de…

…………………………………………………………….

Censuré à la demande du Syndicat des artistes capilliculteurs

…………………………………………………………….

Zéro pointé ! Chez Décathlon, il acheta alors une batte de base-ball qu’il…

…………………………………………………………….

Censuré à la demande des équipementiers sportifs

…………………………………………………………….

Oualou ! Il se rendit plus tard chez Monsieur Bricolage, et en revint avec une buse de 12 et une gouttière en PVC pour…

…………………………………………………………….

Censuré à la demande de la Fumisterie Française

…………………………………………………………….

Nothing ! Un autre ami marbrier leur prêta même une colonnette d’albâtre, laquelle fut…

……………………………………………………………..

Censuré à la demande des Pompes Funèbres Générales

……………………………………………………………… 

     Jean-Mi était catastrophé : Comment son compagnon pourrait-il reprendre une quelconque satisfaction de sa base arrière? Le temps passait, on était maintenant au cœur de Juillet et aucune solution n’avait été trouvée. Concernant le rectum de Frankie, Jean-Mi était loin de voir le bout du tunnel…

………………………………………………………………

Censuré à la demande de Transmanche et Eurostar

 ………………………………………………………………..

    L’idée lui vint alors de laisser tomber les objets inertes pour se tourner vers des expériences plus charnelles. Surmontant une jalousie bien compréhensible, il fit d’abord appel à quelques camarades homos de leurs relations, se disant, qu’après tout, on n’est jamais trop aidé que par ceux qui vous ressemblent. Ces vaillants amis mirent tout leur cœur à l’ouvrage dans les poses les plus…

……………………………………………………………..

Censuré à la demande des Directeurs des publications « Têtu », « Gai pied », « Sensitif », « Qweek », etc…

…………………………………………………………….

Ce fut peau de balle ! C’est lui-même qui démarcha un arabe connu pour…

…………………………………………………………….

Censuré à la demande de S.M. le Roi du Maroc

…………………………………………………………….

Le résultat fut tout aussi décevant ! Il hanta les milieux sportifs et réussit à convaincre un footballeur congolais arrière-droit au F.C. De Mézidon (Calvados) pour s’occuper de son cher et tendre…

…………………………………………………………….

Censuré à la demande de S.E. Monsieur l’Ambassadeur de la République Démocratique du Congo

…………………………………………………………….

Voyant que rien n’y faisait, il poussa l’abnégation jusqu’à s’adresser à un éleveur camarguais, propriétaire d’un taureau réputé pour…

…………………………………………………………….

Censuré à la demande conjointe du Syndicat des chevillards et de la S.P.A.

……………………………………………………………

Là encore, ce fut un échec ! Le temps passait, on était maintenant dans la dernière quinzaine du mois d’Août et aucune issue heureuse n’avait était découverte pour redonner quelque sensibilité « gustative » au sphincter de ce pauvre Frankie. En panne d’initiative, ils se rabattirent tous les deux sur la lecture de livres hautement pornographiques, non expurgés et abondamment illustrés. Cette littérature devant, en principe, se montrer suffisamment suggestive pour que…

…………………………………………………………….

Censuré à la demande de l’O.J.D. et du Cercle de la Librairie

……………………………………………………………..

Visiblement, cela ne fut pas efficace. Leurs vacances d’été avaient été irrémédiablement gâchées, les gens commençaient à rentrer à Paris après leur congé, Jean-Mi et Frankie se voyaient mal reprendre leur travail sous contrat avec un moral si abattu…

………………………………………………………………

Censuré de mon propre chef sous la pression de la Mafia                                                                      …………………………………………………………………

Chap III : Le miracle de la Rentrée (aucune connotation péjorative)

Le salut vient toujours quand on ne l’espère plus. En ce début de Septembre, il prit la forme d’Adrienne Kepoura, la factrice du quartier. Il suffit qu’elle déposât dans leur boîte à lettres une missive d’apparence pourtant bien innocente. Quand Frankie l’ouvrit, il se sentit sodomisé jusqu’au trognon et lâcha un « Aaaaaaaaaaaaah! » de jouissance retrouvée. Il pensa qu’à cet instant précis, beaucoup de ses compatriotes _ et pas nécessairement gays _ devaient éprouver la même brûlure dans leurs tréfonds intimes. En même temps, il fut aussi reconnaissant à l’Administration de l’avoir guéri de son agueusie fessière et, pour la première fois de sa vie, régla ses impôts presque avec le sourire : La fameuse lettre était, vous l’auriez deviné sans peine, le commandement à payer le dernier tiers provisionnel…

……………………………………………………………….

Par ordonnance du Tribunal de Grande Instance de Marseille, répondant à la plainte déposée par la Direction Régionale des Impôts en PACA pour propos calomnieux et diffamatoires envers cette pérenne institution, condamne la Société Gigaproduction, représentée par Gérard C., par les arrêts suivants :

Primo : Une amende de 200 trillions de dollars zimbabwéens sera payée à la DRI de PACA au titre du préjudice moral subi.

Secundo : La fin de l’article de Gérard C. à partir de  « …le dernier tiers provisionnel» est censurée sine die.

Tertio : Les présents arrêts seront publiés dans ledit article avec le même format que les polices des caractères utilisés.

……………………………………………………………….

Dont acte !

Gérard – 2013

* = https://www.youtube.com/watch?v=TULVRlpsNWo

Actu-m’en diras tant Octobre 2013

Posted in Actualités & hors-série on octobre 10th, 2013 by gerard – Be the first to comment

actu1310_01 actu1310_03actu1310_02 actu1310_04

actu1310_05

actu1310_06

actu1310_07

actu1310_08

actu1310_09

actu1310_10

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » Jean Brasier 1910-2003):

1/ Aménagement du temps scolaire, nette impression de bricolage: Vouloir se calquer sur les autres écoles européennes est hasardeux. Admettons que l’idée de départ soit acceptable, mais que dire alors :

1- De son application en Maternelle = C’est ridicule ! Les tout-petits ont des activités scolaires à 75% ludiques avec de très longues récréations. Les rallonges extra-scolaires n’apportent rien de positif à vouloir prolonger leur temps de présence.

2 – Les animateurs d’après-cours sont incompétents dans la majorité des cas. Ce n’est pas parce qu’on a le BAFA (ou l’ancien diplôme de Moniteur de Colonie de Vacances) qu’on peut prétendre être apte, pédagogiquement parlant, à prodiguer une activité bien spécifique.

3 – La scolarité devient inégalitaire : * Dans certaines communes, une participation financière est demandée aux familles ; c’est absolument contraire au principe de la gratuité de l’école de la République.

* Les familles qui pourront s’arranger pour récupérer les enfants dès 15h 30 auront nettement plus de chances d’avoir des enfants frais, dispos et réceptifs le lendemain pour intégrer les enseignements. Les autres ? Malheur à eux si les parents travaillent : Ils seront largués souvent vers 7h 30 devant l’école, mangeront à la cantine, seront « à l’étude » après l’extra-scolaire, bref ils ne finiront leur dure journée qu’autour de 18h. Quand on sait que les objectifs sont de faire s’épanouir les élèves, on peut se questionner pour savoir quand ces pauvres gosses pourront « récupérer » (manque de sommeil réparateur, rallonge d’une demi-journée supplémentaire).

Je n’affirme surtout pas que l’idée du Ministre Peillon soit mauvaise en soi, mais, bon sang, on est en 2013, les enfants sont déjà largement sollicités par tout un tas de centres d’intérêts très secondaires (télé, consoles de jeux, ipad, clubs à-la-mords-moi-le, etc…) ; que va leur apporter d’instructif le temps extra-scolaire à faire de la sophrologie tibétaine, à jouer du Brecht, à confectionner des bandes dessinées ou à taper dans une baballe. Limitons nous aux objectifs de Jules Ferry : LIRE, ECRIRE, COMPTER ! Il y a déjà bien trop d’enseignants qui croient être des super-cadors parce que leurs élèves savent tout des mandalas, de la cuisine alsacienne ou de la bombe atomique (mais ignorent ce qu’est un adjectif, combien fait 7 fois 8, et ânonnent difficilement au déchiffrement d’une page simple à leur entrée en 6ème), vouloir à toute force prolonger ces dérives est une aberration.

2/ Ouvertures dominicales amicales ou inamicales ? : Là encore, il faut vivre avec son temps, même si ce dernier n’est absolument pas un idéal de l’existence ! Les américains se tapent sur les cuisses en nous considérant, car ils ne peuvent comprendre les combats d’arrière-garde de la CGT, il est vrai que là-bas c’est « too much » : A partir d’une enseigne « moyenne », la plupart des magasins US sont ouverts quasiment 24/24h et 7/7j, et les dimanches et les jours fériés sont payés comme une journée ouvrable normale. Pensez que beaucoup de commerces ne ferment que deux jours par an (Thanksgiving et Noël). Ces conditions de travail sont très inférieures à ce qui est proposé en France (rémunération améliorée et _ en principe _ volontariat).

Special Culture-Marseille-2013 09

Posted in Actualités & hors-série on octobre 10th, 2013 by gerard – Be the first to comment

Une belle carlottinerie : Audiard et Pagnol sont enfoncés :M-A Carlotti a écrit (?) « Marseille, ma capitale ». Alfred Mauro, patron du restaurant « Don Corleone » à Marseille a l’habitude d’inviter à des débats littéraires des auteurs de bouquins. Ce fut le cas pour la Ministre le 4 Mai dernier. Par contre, c’est elle qui, à son tour, a invité moins d’une trentaine de relations à cette soirée*. Le reste de l’assistance (les « non-invités » mais intéressés par la discussion) devait représenter aussi moins de 30 convives (NB : Je connais ce restaurant et la place est limitée, à l’étage où ont lieu habituellement ces débats, à une petite soixantaine de chaises au grand maximum). Dès le service des entrées et le début des questions, deux militants socialistes se sont invectivés à propos du mariage pour tous. Le ton entre les deux zigotos n’a cessé de monter au moment du plat principal. Un des agités a sorti une bombe lacrymogène (arme de 6ème catégorie, au même titre qu’un poing américain) pour en asperger son détracteur (qui ne devait pas être bien loin, forcément). On allait servir le dessert mais ce fut la panique dans un espace aussi restreint. Pris par « l’ambiance », d’autres énergumènes se mirent à se lancer des bouteilles d’eau, dont certaines vinrent s’écraser sur les murs recouverts de célébrissimes signatures et dédicaces. Larmoyant, il était bien naturel que tout ce joli monde se carapate de cet endroit confiné , et rejoigne la rue et son air frais. Le problème est que, si les dineurs « normaux » avait payé d’avance, en majorité, leurs repas, les « invités » de Marie-Arlette, eux, sont partis sans rien régler. Or le pauvre Alfred* est resté sur le carreau avec ses desserts et les impayés des « amis » de la candidate à la Mairie en 2014.

Le service de sécurité de la Ministre l’a rapidement exfiltrée, mais a exigé aussi, sur un ton menaçant et malgré les réticences de l’opératrice, qu’on lui remette les vidéos du débat. Si ces gens-là sont de vrais policiers, j’espère qu’ils ont exhibé leurs cartes et une autorisation pour agir de la sorte (mais peut-être l’ont-ils fait) ; s’il s’agit de gardes du corps « privés », on est alors dans l’illégalité la plus complète. Quelques instants plus tard, une palanquée de flics investissait les lieux…

Je ne ferai aucune glose sur cette lamentable farce, si ce n’est que le restaurateur ferait bien de prévoir un contrôle fiscal, une inspection sanitaire et tout le toutim que peut se permettre d’actionner une Ministre en exercice. Des plaintes ont été déposées des deux côtés, pour vous faire une opinion, lisez donc la douzaine de pages de commentaires de ce lien :http://www.lepoint.fr/societe/marseille-marie-arlette-carlotti-part-sans-payer-l-addition-11-06-2013-1679820_23.php

« La Provence », FR3 Marseille en ont également parlé, mais, tout comme « Le Point », après, bien après, cet évènement rocambolesque (quasiment une quinzaine de jours pour le quotidien, mais plus d’un mois pour l’hebdomadaire et la télé)

*= En fait, elle affirme n’en avoir invité que 12. Alfred, de son côté, jure que c’est 32. La vérité se situe, peut-être, entre ces deux chiffres.

Aux dernières nouvelles (rentrée de Septembre), Alfred Mauro ayant repris ses activités littéraires, quelques dineurs de cette fameuse soirée l’auraient remboursé. L’affaire est-elle en train de se « dégonfler »?

Gaudin maï ?: Les choses se précisent, ayant fait réaliser des sondages qui s’avéreraient favorables pour lui, il semble que J-C Gaudin, surfant sur la vague de MP-2013, serait prêt à remettre le couvert en 2014. D’un côté, c’est vrai que la bande de pinocchios qu’il a en face de lui est sans réel projet et pas du tout crédible ; d’un autre côté, il ne faudrait pas oublier tous les serments que Bedon-Bedaine a faut passer à la trappe. A commencer par cette maudite L2 qui devait être achevée « sans faute, croix de bois, croix de fer » en 2011… 2012 au maximum ! On parle maintenant (et uniquement pour le tronçon Est) de 2016/2017. Il prend vraiment ses administrés pour des demeurés alors que du pognon, y’en a, puisqu’il en trouve pour faire une ligne de tram inutile (sauf aux voyous qui la fréquenteront sans payer). Et ne citons pas sa proverbiale inertie pour créer de l’emploi à Marseille (Je ne parle évidemment pas des paroles _ de ce côté-là, on serait même saturé _ mais des actes [Rien de rien ! Que dalle ! Oualou !]). Quoiqu’il en dise, Gaudin est en fin de course, il fait déjà et fera « roue libre », ne croire en aucune façon qu’il aurait, lui aussi, un projet cohérent !

Marseille manque d’un leader, pas nécessairement charismatique(1) _ on se fout du folklore et des poses souriantes avec les poissardes du Vieux-Port_ mais dynamique(2), énergique(3), hardi(4), bosseur(5) et résolu(6). Un (ou une) qui ferait plier FO et la CGT, les saboteurs de la ville. Un (ou une) qui créerait une taxe pour tout patron qui ferait de l’embauche « au noir ». Un (ou une) qui enverrait paître certains CIQ et associations qui retardent considérablement tout progrès (cf L2, mais aussi l’aménagement du Mont Rose récemment…). Un (ou une) qui obligerait ses pléthoriques fonctionnaires (Mairies, CMA, Police Municipale, Personnels des musées, des jardins, des crèches, de la voirie*, etc…) à se bouger réellement le c.. au lieu d’en f… le moins possible !

* = Et je ne parle pas des « doublons » avec MPM.

(1)= Comme B.Tapie. (2)= Comme S.Galhi. (3)= Voire autoritaire, comme G.Teissier. (4)= Voire « chien fou », comme P.Menucci. (5)= Comme R.Blum. (6)= Comme une synthèse qui n’existe pas pour l’instant.

Primaires socialistes: 6 candidats pour être tête de liste aux Municipales 2014 ont été retenus par les instances de leur parti (exit Guérini, of course), je leur ai donné une note perso qui n’engage évidemment que moi.

Henri Jibrayel: Tête de levantin qui a tout d’un parrain mafieux, je ne lui confierais même pas un kleenex usagé à garder. 0,25/20

Eugène Caselli: Un pro du marigot affairiste, un spécialiste de la mangrove électorale, un expert du marécage du pouvoir, un abonné au cloaque politique quoi!  1/20

Marie-Arlette Carlotti: Je connais un balai qui est plus intelligent qu’elle. 3/20

Patrick Mennucci: Un éléphant dans un magasin de porcelaine. Sa position pour casser le monopole de FO à la Mairie est très courageuse. 9/20

Samia Ghali: Personnalité intéressante… mais c’est encore trop tôt pour que les électeurs portent leur choix sur des gens comme Uilda Rachid, Fayçal Hami ou Omar Chenouar… Et puis, on l’accuse à mots couverts d’être le cheval de Troie dans lequel Jean-Noël Guérini tenterait ses derniers tripatouillages; je n’y crois guère, car elle est foncièrement directe et honnête. 12/20

Christophe Masse: Enfin une tête assez nouvelle! Le gars a un physique avantageux, il est encore jeune, poli, bosseur… Son envie de dépoussiérer l’organigramme en place est à louer: En effet, pourquoi conserver des élus à la tête de services qui font déjà assez bien de cagades tout seuls. Son initiative pour créer un poste d’Adjoint VRP pour rechercher des subventions (à Bruxelles ou ailleurs, les lyonnais l’ont déjà bien compris et intégré) est loin d’être sotte. Il représenterait notre ville, à mon humble avis, bien mieux que tous les autres. 15/20

…Mais enfin, j’dis ça, j’dis rien…

Le marseillais tel qu’on le parle:

Comment on dit gynécologue à Marseille ? Escartefigue.

Compte tenu des nouvelles populations majoritaires qui y déambulent, comment appelle-t-on l’artère marseillaise « connue dans chaque hémisphère » : La Canebeur.

Que dit-on d’un kéké phocéen qui se la pète trop? « Il a fait kakou dans sa culotte! »

Comment appelle-t-on un nain homosexuel à Marseille? Un nain-culé.

Comment appelle-t-on quelqu’un qui parle trop le marseillais ? Un fatchiste.culture87culture88culture89culture90culture91culture92culture93culture94culture95culture96

Une solution à la vie chère

Posted in BombayTV on octobre 1st, 2013 by gerard – Be the first to comment
En venir à préférer Mugabé à Hollande… c’est que ça va vraiment mal!
bombay01

Se faire les « ballons » en or

Posted in Remixito on octobre 1st, 2013 by gerard – Be the first to comment
Où sont les vraies valeurs maintenant? Ben tiens, dans les portefeuilles d’actions!
bombay02

La France archi-profonde

Posted in Bmovie-TV on octobre 1st, 2013 by gerard – Be the first to comment
Tant qu’il ne s’agit pas de Livres tournois, de deniers ou d’écus!
bombay03

Méga-scoop pour « mini »-info

Posted in ClassicTV on octobre 1st, 2013 by gerard – Be the first to comment
Ici, la preuve est faite qu’on est bien peu de chose:
bombay04

La machine à décérébrer est éternelle

Posted in BombayTV on octobre 1st, 2013 by gerard – Be the first to comment
Quelle constance dans le bas de gamme!
bombay05

Un Chuck sans provision

Posted in ClassicTV on octobre 1st, 2013 by gerard – Be the first to comment
Dieu n’a qu’un rival: Chuck Norris …et quand il a des flatulences, il perfore son caleçon!
bombay06