Archive for novembre, 2016

Hors série Marseille 16

Posted in Actualités & hors-série on novembre 28th, 2016 by gerard – 2 Comments

marseillehs16

l2_bunker

NOTA BENE IMPORTANT: Cet article, prévu de longue date, devait paraître ultérieurement. Mais l’annonce, faite le 28 Novembre 2016, concernant l’ouverture d’un tronçon de la L2 pour le lendemain, m’a pris un peu de court et je l’ai alors aussitôt publié pour ne pas être caduc. C’était tangent !

 

Une vidéo sur L2 Der kolossale katastrophen: (NB: On peut cliquer sur l’illustration ci-contre à droite pour l’agrandir)
Alors là, je suis obligé de vous rappeler que tout ce que je dégoise est de mauvaise foi à 200% et archifaux à 100%
et que je n’ai pas envie de me retrouver avec une quelconque plainte. Surtout, n’en parlez pas à vos correspondants.
Tout ça, c’est uniquement pour le fun, et pour essayer de vous décrocher un sourire si c’est possible.
Bon… alors je me lance… l’adresse URL est: https://youtu.be/DI0gDVgmwsU (copier-coller ou cliquez sur la vignette ci-dessous : vous faites « plein écran » et vous mettez le son)

Bis repetita placent pour les à-peu-près !

Posted in Oulibouf on novembre 20th, 2016 by gerard – 2 Comments

Depuis Mai dernier, j’ai eu le temps de vous mitonner la vingtaine habituelle à laquelle s’ajoutent la paire d’à-peu-près de gens célèbres!

20161120alimentsboissons_01

« D’vant un monceau d’radis, Adam v’nait de s’installer,
Quand, avec sa chèr’femme, on l’pria d’s’en aller :
Adam et Eve chassés du tas d’radis. »
Eugène Rimbault (1880-1952)

Rappel: Si « l’astuce » n’est pas évidente, vous avez l’explication en gras. Si ce n’est pas de moi, je précise « connu ».

Nouveauté: Sur la même astuce, vous trouverez deux fois des « Variantes ».

On a perdu le compte de nos excursions,
Jadis tu t’esclaffais des oublis des saisons…
Olé ! Avant, tu riais de marches perdues.
(Les aventuriers de l’arche perdue)

A quoi Wonderwoman doit son air débrouillard ?
A siffler la demi-douzaine de pinard !
L’habile Wonder ne suce que six longs Sancerre.
(La pile Wonder ne s’use que si l’on s’en sert!)

De Ribery, cette réplique admirable :
A un ami qui lui prêtait un portable,
Refusant de le rendre, il martelait :
« Donner c’est donner, repeindre ses volets ! »
(Donner c’est donner, reprendre c’est voler. Connu)

Sur la tête, il reçut l’instrument à Patna
Cherchant comment il avait pu atterrir là.
Pourquoi viens-tu sitar ?

Tes avis sur Thérèse la dévalorisent,
Elle n’est ni radasse, ni un thon qu’on méprise:
Faut pas prendre Thérèse pour une raie alitée.
(Faut pas prendre tes rêves pour une réalité.)

C’était plus fort que lui, il fallait qu’il dénombre,
En lisant son journal, les drames les plus sombres.
Il s’émerveillait des comptes de faits.

L’évangile selon Saint Glinglin nous proclame
Ce que devint Lazare au sortir du tombeau :
C’est qu’il vécut encore seize ans, traînant sa peau,
Avant de définitivement rendre l’âme.
Lazare et l’année XVI cités.

Vous n’avez pas trouvé ? Alors variante :
On a redécouvert une fable oubliée,
Confrontant un reptile commun de nos murs,
A Dame Cadichon qui s’échauffait très dur :
Le lézard et l’anesse excitée.
(Le hasard et la nécessité, de Jacques Monod)

Tout l’Occident chouchoute les fils d’Ismaël,
Négligeant l’état qu’il a créé : Israël.
En fait, on est en train de mettre la charia avant l’hébreu. (connu)

Chouf ! Elle respectait tous les rites islamiques,
Mais pour se maquiller, en de sombres boutiques,
Elle achetait du très mauvais noir pour ses yeux.
« Halal s*l*p*, va laver ton khôl malpropre,
Car il n’est pas propre tirALIre,
Car il n’est pas propre tirBABA ! »
(Réservé à ceux qui possèdent bien leur répertoire de chansons paillardes)

20161120alimentsboissons__02

Nazi profond jusqu’au bout des orteils,
Dont les mains se levaient au moindre « Heil ! »
La « race des seigneurs », ses amis proches,
Aryen dans les mains, aryen dans les boches.

Variante : Laid allemand se baignant à Francfort,
Parmi les affreux, il est le plus fort :
Aryen dans le Main, aryen dans les moches.

Toute sa vie il avait fait le beans !
Avec son Lévi Strauss, natif de Gênes,
Parcourant le monde et ses indigènes :
Les tribulations d’un gênois en jeans.

Après le spectacle, les épaulards
Simulaient d’être veufs et non-fêtards :
Les faux deuils d’orques restent !
(Les fauteuils d’orchestre)

Mes rêves : Zorro, Batman et autres noires troupes,
Je languis le coucher pour les voir à la loupe.
J’irai revoir les sombres héros par les lentilles.

Elle était zoophile et harpie de surcroit,
C’est en se faisant Rex que son corps resta froid.
C’est orgasmiquement que tous deux ont péri,
Car les méchants, toujours, sont chiennement punis.
« Et rosse elle a vécu ce que vivent les rosses, les spasmes d’un mâtin. »

Lançant sa demie-douzaine de javelots,
La sportive perdit, et fondit en sanglots.
Six lances de l’amère.

Les pistes de « A » à « G » étaient praticables ;
Au delà, un gros gel les rendaient inskiables !
La glace à la piste « H ».

Bras nus, et voulant faire une bonne lessive,
J’usais d’une nettoyeuse trop agressive.
La mousse tache deux bras sains.
(La moustache de Brassens)

Dans les foires ibériques, ce juif anémié
Avalait des épées, noircissait du papier…
L’avaleur Nathan, pâle hombre, dessinait.
(La valeur n’attend pas le nombre des années)

20161120alimentsboissons__03

Vous êtes maintenant habitué aux deux derniers distiques dont la « chute » n’est pas de moi:

Le convoi des pionniers passe dans la prairie ;
De ma hutte, je me vois cherchant des calories.(GC)
Le poêle à bois et la caravane passe (Léo Campion)

L’amant de Proust, je le dis tout net,
Est charmant, désuet et tapette. (GC)
Reynaldo Hahn a fait « Ciboulette »,
Avec son « Mozart », cela fait sept ! (Willy)

20161120alimentsboissons__04

 

Actu-m’en diras tant Novembre 2016

Posted in Actualités & hors-série on novembre 10th, 2016 by gerard – 2 Comments

Ce numéro d’actualité est exceptionnel ! En effet, Adhémar a souhaité exercer un regard acerbe et déjanté sur les actuels événements se déroulant à Mossoul. Nulle part ailleurs vous ne trouverez une aussi magnifique glose journalistique. Mais chut, laissons s’exprimer Abou-Adhémar Ben-Klaoui (comme il s’intitule lui-même) :

CE QUE L’ON VOIT A MOSSOUL ou MOSSOUL EN DELIRE
Mossoul est en fureur. Chaque jour, la mitraille
Déchire le méchoui, le couscous, les murailles.
Tous ont fui. Le « calife » Baghdadi, cousin d’Ali Baba,
Est terré sous le sol, au fond de sa Kasbah.
Il a quitté Raqqah pour venir à Mossoul.
Ses frères lui reprochent d’être un foutu maboul.

L’horrible Abou-Omar, et quelques autres carnes,
Se montrent quelques fois aux « étranges lucarnes ».
Maudissant l’amer Lokh, le menaçant du pal,
Ils lui font des bras d’honneur et un toucher rectal.

Le « Calife » et ses femmes, avec leurs Oulémas,
Maudissent l’occident et surtout Trump-Pacha.
Un dentiste étonnant examine à grand peine
Les restes de méchoui qui gâtent leur haleine.

Ils se cachent, ils tremblotent, ils ont vraiment les foies..
Dans les rues dévastées, on ne voit plus un chat !
Ça canarde devant, ça canarde derrière,
Ça canarde partout, même dans leur postère.

Le canon à morpions, venu droit de Denver,
Projette des morbacs à tort et à travers.
Des canons plus puissants, venus des Appalaches,
Lancent des rats crevés et des bouses de vache.

On est saisi d’horreur par l’éventre-tomate,
Mais on craint encor plus le canon à patates !
Les autres armements, dus au grand Boris Vian,
Respectent les nanas, ne tuent que des enfants.
Des milliers de chaussons, posés sur les gravats,
S’ajoutent aux poupées, aux œufs en chocolat.

Les coucous de Flanby bombardent à gogo,
Ce qui ne plaît pas trop au grand Abou-Riko.
Les sbires de Poutine tiraillent sur le Tigre
Mais ça ne sert à rien, car Flanby les dénigre.

Là-bas, dans son gourbi, nommé Pentagaga,
Le vieux Trump pète un coup et ça pue à Damas.
C’est rien dit Patapouf, l’odeur que vous sentez
N’est pas due au sarin, mais au jus de mes pieds.

Les chars que vous voyez aux abords de la ville,
C’est pour offrir des fleurs à vos petites filles.
Et les mecs en treillis qui courent dans les rues
Ce sont de braves gens de l’armée du salut.

Vous voyez devant vous un flot de Salamistes,
Préférant salami (1) à Salafi ! Fumistes !!!
Ces crétins puent du bec, marchent à quatre pattes,
Confondent l’eau du Tigre et celle de l’Euphrate.

Ça brûle à Tell Afar, ça rôtit vers Alep,
Palmyre a disparu, comme Jérimanep (2).
A demi cuits, les morts étalent leurs entrailles
Et les affreux vautours viennent faire ripaille.

Terrés dans leurs bunkers, les pauvres journalistes
Comptent les macchabées et en dressent les listes.
On les sent dépités. Mais tous comptes bien faits
Cela vaut beaucoup mieux qu’être décapités.

Un obus vient de choir au quartier d’Al-Khalson
Et cent trente fellahs exhibent leur côlon.
C’est le foie, dit Galien. Mais non, dit Hippocrate,
C’est le duodénum ou peut-être la rate.

Le cheikh de Samarra s’enfuit jusqu’à Kirkouk :
On l’a chassé d’ici car il pue comme un bouc.
Le Tigre veut rugir, mais, sec complètement,
Son lit sert de dépôt aux trafics d’armement.

Un tas de policiers, putréfiés déjà,
Jonchent le sol sacré du centre de Zakha.
Abou-Kadr les relève et leur bouffe les noix.
Les imams crient au feu et les muftis l’éteignent.
Abou-Ali veut tout gazer, méchant comme une teigne.

La divine Aïcha a perdu ses clients !
Les « os » qu’elle rongeait jadis à belles dents
Ont pris des dimensions bien trop microscopiques,
Tant la peur a réduit leur aspect héroïque.

Le palais de Sinjar est en capilotade.
Les vergers de Mossoul sont remplis de… grenades.
Inch’ Allah, dit le fkih. Mektoub, répond l’imam ;
Et tous deux sont cachés au sous-sol du hammam.

Les sunnites sont là. Ce que font les Chiites,
C’est très exactement ce que leur nom indique.
Quant aux belles houris, du boxon d’Abou-Salah,
Elles sont maintenant dans les rues d’Ankara.

Le barbier, il se barbe, et c’est les murs qu’il rase !
Tous ont fui par milliers, ô nouvelle Anabase !
Ceux qui restent à Mossoul se regardent en biais.
Y’a des guérilléros sous les moucharabiehs.

Plus de couscous, hélas ! et la viande est si rare !
Le tajin fait défaut et le méchoui se barre
Avec le Rondi-Bey, avec le Ras-Dada,
Comme disait quelqu’un que je ne nomme pas.(3)

Devant tout ce chaos, Al-Baghdadi, le « calife » modèle,
Caresse Abou Kassem et lui roule une pelle.
Il rit à belles dents, gratte ses cataplines,
Se tourne avec ferveur vers le sud, vers Médine,
Pour réciter enfin quelques belles sourates,
Les pieds dans l’eau pourrie des rives de l’Euphate. (4)
Il est fier, il est grand, il est même serein.
Dans les rues de Mossoul flotte le gaz sarin.

Enfin, dans un recoin, le grand Abou De-Souffle
Décapite les gens, et son clébard les bouffe.
Voilà ce qu’on peut voir, à Mossoul ce matin,
Grâce à Abou Denerrh, reporter clandestin.
Adhémar, Ayatollah des Poètes (09.11.2016)

(avec la collaboration de Victor Hugo, notre envoyé spécial à Mossoul)

(1) ► Hallal, bien sûr. Fait avec des gésiers d’autruche et des sabots de yak.
(2) ► Si Victor Hugo a inventé Jerimaneth, je peux bien inventer Jérimanep ! D’ailleurs, c’est lui qui me l’a soufflé !
(3) ► C’est ce vieux Paul Reboux, grand-maître du pastiche. Pastiché lui-même par un certain Paul Guenel en 1947. Un « métapastiche, quoi !
(4) ► Mais non, c’est le Tigre, bougre de couillon !

Après tant de merveilles, il nous faut retourner à la routine ambiante :

actu1611_01

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

1/ Réfugiés bidon: Le journal allemand Die Welt am Sonntag révèle que des personnes réfugiées en Allemagne, bénéficiaires d’allocations, font des séjours de vacances dans leur pays d’origine. Cela jette le doute sur la réalité des persécutions ayant motivé leur exil. Ah bon ?
Selon une enquête de l’hebdomadaire allemand Die Welt am Sonntag, des réfugiés enregistrés en Allemagne, et à ce titre bénéficiaires d’allocations, font de courts séjours dans leurs pays d’origine. On note parmi ces destinations la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan. Autant de pays dont certains ressortissants obtiennent le statut de réfugié en Occident compte tenu des dangers et des persécutions dont ils pourraient être victimes en y vivant. Des pays où les consulats occidentaux recommandent de ne pas se rendre, sinon pour des raisons d’extrême urgence.
La Bundesamt für Arbeit (BA), l’agence fédérale allemande pour l’emploi, évoque pour sa part un «certain nombre de cas» de séjours de migrants au pays. Mais selon un porte-parole cité par Die Welt am Sonntag, l’agence est dans l’impossibilité de fournir des statistiques précises : «Il n’y a pas base légale pour cela, aussi nous n’avons aucune information.» Selon les règles allemandes régissant les droits des demandeurs d’asile, les migrants ont le droit de quitter leur pays d’accueil pour un durée maximale de 21 jours.
Des réfugiés économiques ?
Et si les réfugiés bénéficiaires d’allocations doivent communiquer à l’administration les dates et durée de leur «congé», rien ne les oblige à en donner la destination. Or, même si l’agence fédérale pour l’emploi venait à en être informée, cette dernière n’est pas autorisée à la transmettre à d’autres organismes publics et encore moins au public, au nom de la «protection des données personnelles».
L’Office fédéral de la migration et des réfugiés (BAMF) y voit pour sa part une bonne nouvelle. «S’il s’agit d’un voyage d’agrément, c’est une indication que le réfugié ne craint pas les persécutions». Mais le ministère allemand de l’Intérieur n’est pas de cet avis et a expliqué que le voyage d’un demandeur d’asile dans un pays dit de «persécution» prouvait de facto l’absence de danger – base de la demande d’asile – et pouvait conduire au retrait du statut de réfugié.
Source : Die Welt am Sonntag

2/ 4 blagounettes (je m’excuse pour la dernière qui est atroce… Pardon !!!): A/ Et alors, gravement et solennellement, l’officiant a proclamé devant toute l’assemblée: «  S’il y’a une personne qui s’oppose à ce mariage, qu’elle se manifeste maintenant ou se taise à jamais. »
Soudain, au fond de la salle, il y a une femme enceinte qui s’est levée et a commencé à s’avancer dans l’allée centrale du temple, avec un enfant de 3 ans à la main.
Le marié transpirait, la mariée s’est évanouie.
Tous les cœurs battaient.
Arrivée devant le pasteur, elle a dit:–« Quand on est au fond, on n’entend pas très bien » !….

B/ Quelle est la différence entre un funambule qui traverse le Grand Canyon et un gars qui se fait faire une gâterie par une très vieille dame de 92 ans?

Dans les deux cas, il n’y en a pas… Il ne faut absolument pas regarder en bas.

C/ Une femme qui a forci se contemple dans sa glace: « D’après ce fichu miroir, je suis enceinte !… Le père doit être Nutella ! »

D/ La scène se déroule dans la chambre à gaz d’un sinistre camp d’extermination. Les portes se sont refermées et les brutes nazies ont déversé les granulés de Zyklon B dans les colonnes creuses. Dans l’obscurité tragique, une voix stridente de femme terrifiée hurle: « Oh mon Dieu! Le gaz monte!
– J’achète! répond une autre voix dans la salle ».

Hors-série: Histoire 05

Posted in Actualités & hors-série on novembre 10th, 2016 by gerard – 1 Comment

Ce sujet, en sommeil depuis Août 2015, est ici entièrement consacré aux années 30/40.

histoire05

Gigaproduction a 8 ans !

Posted in Actualités & hors-série on novembre 1st, 2016 by gerard – Be the first to comment

Très mauvaise nouvelle pour commencer: On ne peut plus sauvegarder les créations des clips classictv! Cela fait un pan conséquent des possibilités de Bombaytv qui disparait. Décidément, la fin proche de ce genre de parution est inéluctable.

20161101_anniv8ans_01

C’est déjà pas mal d’avoir tenu le coup pendant 8 ans. Je ne l’aurai pas cru le 1er Novembre 2008 quand nous sommes apparus sur la toile.

L’avenir ? Bonne question, c’est toi ami visiteur qui a la réponse entre tes mains. Jamais nous n’avons retrouvé l’audience du temps de « .fefaine.com » avec la quarantaine quotidienne de visiteurs. Sans doute ne sommes-nous pas assez connus et reconnus, ou alors nous sommes passés de mode sans nous en apercevoir. Bref, on navigue désormais à vue en ne visant qu’une seule chose: le prochain anniversaire! Portez-vous bien !

Solution finale ?

Posted in BombayTV on novembre 1st, 2016 by gerard – Be the first to comment

Héo les gens, c’est du second degré, uniquement pour le fun quoi !

https://www.grapheine.com/bombaytv/movie-fr-5beca1322ddc16650d8827d12fcf21a1.html

20161101_anniv8ans_02

Plaignons-les… mais pas trop quand même!

Posted in Abitboltv on novembre 1st, 2016 by gerard – Be the first to comment

La Police voudrait le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière :

https://www.grapheine.com/abitbol-tv/movie-fr-fe5344cc54c4a9a4d8ca2b734e727ed4.html

20161101_anniv8ans_03

Donner de la confiture aux dogons

Posted in Bmovie-TV on novembre 1st, 2016 by gerard – Be the first to comment

Né de la m…, tu retourneras à la m… (Mais oui, mais oui, là encore, c’est du second degré!)

https://www.grapheine.com/bmovie-tv/movie-fr-e35c70108dc2a3cd2ae08f2cde85f592.html

20161101_anniv8ans_04

Blagues (ou comics) Novembre 2016

Posted in Actualités & hors-série on novembre 1st, 2016 by gerard – Be the first to comment

comic201611