Archive for mai, 2017

Raimondorama 23

Posted in Oulibouf on mai 20th, 2017 by gerard – 3 Comments

Pour la première fois, nous allons donc faire connaissance de ce fort tempérament créé par Raimondo: Tante Emma. Souhaitons que ses exploits nous ravissent encore pour longtemps.20170520emma_01

Jérémie

Tante Emma était bien connue dans la famille
Pour avoir initié les garçons et les filles
Aux doux jeux de l’amour, à la façon d’aimer
Et à tous les plaisirs qu’on en peut retirer.
Par un beau jour d’été, Jérémie son neveu
Baisa avec Emma dans un sentier herbeux.
Le temps était superbe, on était peu vêtu
Tant le soleil brûlait, tout là-haut dans la nue.
Tous deux se promenait dedans un vert bocage
En un coin isolé, à l’abri des feuillages
Et Jérémie soudain eut les yeux attirés
Par le bustier d’Emma largement échancré
Ma tante, lui dit-il, avec cette vêture
De vos très jolis seins on peut voir la courbure
Qui enchante mes yeux, et je le crois aussi
Provoque entre mes cuisses un effet inouï.
Que me dites-vous là, laissez-moi regarder ;
Je crois mon cher neveu qu’en ce jour vous bandez,
Et je pense qu’il faut, à cette occasion
Faire cesser aussitôt la folle  bandaison.
Jérémie n’était pas expert en la matière ;
Emma l’ayant compris fut très hospitalière
Et usant de finesse et de sagacité
Lui prit le sexe en main afin de le branler.
Il faut en convenir, un tel  geste charmant
Apporta, on s’en doute un émerveillement
A ce jeune puceau qui soudain  découvrit
L’effet qu’une branlette provoque sur un vit.
C’était un bon début, mais ces préliminaires
N’étaient en vérité que gestes secondaires
Et Tante Emma offrit après cet aparté
La très chaude moiteur de son intimité.
Raimondo – 201620170520emma_02

Albin

Tante Emma ce soir là, et Albin son neveu
Dans le jardin en fleurs se promenaient tous deux
Au ciel la lune pleine éclairait les sentiers
Dans lesquels tous les deux ils allaient musarder.
Soudain ils virent au ciel comme un trait lumineux
Qu’une filante étoile, dessinait dans les cieux,
Et chacun en esprit vint à imaginer
Un vœu, qu’il sied de faire en ces moments rêvés.
Ma Tante, dit Albin, oserais-je vous dire
Ce que vient de songer mon esprit en délire ?
Je ne veux surtout pas être présomptueux
En avouant ici la teneur de mon vœu,
Mais j’aimerais poser durant un court instant
Ma main sur la peau nue de votre beau séant.
Tante Emma répondit au souhait inattendu :
Vous aimeriez, mon cher, me peloter le cul !
Et sans perdre un instant Tante Emma souleva
Sa robe de satin et montra ses appâts.
Albin très longuement posa ses chaudes mains
Sur les belles rondeurs du gracieux popotin
Et il s’enhardit même jusqu’à y déposer
Ses deux lèvres goulues  pour un fervent baiser.

Albin était aux anges, pour la première fois,
Il avait les honneurs du beau fessier d’Emma.
Et c’est en ce moment de tendre privauté
Qu’il osa à la Tante, alors lui demander :

Ma chère Tante Emma quel vœu vint à l’esprit
Au vu du météore qui traversa la nuit ?

Tante Emma ne dit rien, mais une main coquine
Alla de son neveu lui dénuder la pine
Et d’une avide bouche avec célérité
Très amoureusement se mit à la sucer.
Raimondo – 201620170520emma_03

Solitude 1

Tante Emma ce soir là, seule dans sa chambrette
Se trouvait déprimée et quelque peu seulette ;
Depuis quelques semaines elle n’avait point baisé
Et cette continence semblait fort lui peser.
Alors elle eut recours à des moyens factices
Afin de soulager ses ardeurs d’entrecuisse
Et d’une agile main sur son petit bouton
Commencèrent les jeux des circonvolutions.
Elle fantasma bientôt, songea spontanément
Aux tendres gâteries que firent ses amants.
Elle se remémora la langue caressante
De son cousin Albert et celle aussi pressante
De son neveu Gaston dont le doigt curieux
Ajoutait au suçon un parcours sinueux
Qui la faisait frémir et crier d’allégresse
Quand l’index furieux s’immisçait dans ses fesses.
Elle vécut en pensée les moments d’émotions
Que procura Hector titillant ses tétons
Et ceux que Mélanie apportait quelquefois
En flattant son minou qui sursautait de joie.
A la longue bientôt ces très belles pensées
Eurent sur Tante Emma le succès escompté
Et elle sentit venir une onde bienfaisante
Qui soulagea son corps de sa tension pesante.

Quand elle reprit son souffle, elle se dit que demain
Allant se promener, au détour d’un chemin,
Elle trouverait sans doute un très joli garçon
Auquel elle offrirait la moiteur de son con,
Afin de s’éviter les moyens frelatés
Et par trop contrefaits, pour pouvoir exulter.
Oui, elle se donnerait, quémandant des caresses
Sur ses seins, sur son sexe et sur ses rondes fesses ;
Elle prendrait en sa bouche un membre turgescent
Charmé de recevoir ce cadeau ravissant,
Bref, elle songeait alors que dès ce lendemain,
Elle allait retrouver un tout autre destin.

Mais hélas au matin quand elle fut éveillée
La jolie Tante Emma était indisposée…
Raimondo – 201620170520emma_04

Solitude 2
Quelquefois Tante Emma se trouvant trop seulette
Sacrifiait à l’attrait d’une bonne branlette.
Certes elle eut préféré une bite guerrière
Se lovant dans les plis de ses rondeurs fessières,
Ou la langue goulue titillant à loisir
Sur son petit minou, le bouton du plaisir.
Mais comme elle était seule, il lui fallait palier
Les pénibles moments de son corps esseulé,
Aussi ses petits doigts se firent fureteurs
Et allant ça et là, se montrèrent charmeurs
Afin de provoquer par ces touchers ardents
Un brin de volupté et de ravissement.
Elle ne rechignait point à ces jeux solitaires :
Elle y trouvait toujours un bonheur salutaire
Qui calmait les ardeurs de ses sens enfiévrés
Par l’orgasme furieux qui venait la calmer.
Quand elle avait vécu ce moment d’euphorie,
Que son corps en repos se trouvait assouvi,
Calme, enfin détendue et le sexe apaisé
Elle vivait en esprit des images passées
Que sa vie amoureuse avait gravées en elle,
Souvenirs délicieux de sa vie sexuelle.
Elle revoyait alors tous les gestes charmants
Prodigués autrefois par ses nombreux amants
Et elle se rappelait des instants de folie
Qui s’étaient déroulés tout au long de sa vie.
Elle songeait qu’aujourd’hui le beau Timoléon
N’était pas auprès d’elle pour lutiner son con
Comme il savait le faire avec tant de chaleur
Pour provoquer en elle un frisson de bonheur.
Et elle se souvenait que pour le remercier
Elle aimait caresser son sexe redressé
Puis le prendre en sa bouche ou soudain jaillissait
La sève de l’amour qu’alors il lui offrait.
L’esprit de Tante Emma bouillait de souvenir
Sa vie ayant été émaillée des plaisirs,
Et si, en ce jour d’hui elle se trouvait seulette
Elle savait que demain naitrait une autre fête,
Avec d’autres amants et d’autres corps frustrés
Quémandant un instant de bonheur partagé.
Raimondo – 2016

Cinéprovence 05

Posted in Actualités & hors-série on mai 10th, 2017 by gerard – 2 Comments

cineprovence20170510

Hors-série Kim Jung-Un 01

Posted in Actualités & hors-série on mai 10th, 2017 by gerard – 1 Comment

Nous n’avons plus reparlé de ce dangereux farceur depuis le 1er Février 2016. Il s’est récemment remis de lui-même sous les feux de l’actualité avec un autre Pinocchio aussi chtarbé que lui: Donald Trump !

J’ai d’abord fait cette petite parodie qui, je l’espère, vous amusera (cliquez dessus le titre SVP, ensuite n’oubliez pas de faire « grand écran », c’est plus fun!):

Et pour quelques wons de plus…

Ensuite quelques images du fils à son papa et du petit-fils à son pépé:20170501

Blagues Mai 2017

Posted in Actualités & hors-série on mai 1st, 2017 by gerard – 3 Comments

comic201705

 

Actu-m’en diras tant Mai 2017

Posted in Actualités & hors-série on mai 1st, 2017 by gerard – 1 Comment

Tout à fait exceptionnellement, l’Actualité est avancée au 1er du mois parce que les événements entre les deux tours des élections présidentielles comportent encore un soupçon de suspense, alors que le 10 Mai, cela perdrait une grande part d’intérêt. Et, pour dire vrai, j’avais encore quelques images à écouler avant que l’incapable qui réside encore pour quelques jours à l’Elysée ne disparaisse complètement de nos écrans radars.actu20170501

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

A/Pis qu’analyse : *La France va connaître un second tour des élections présidentielles très freudien. Cela se jouera entre une oedipienne qui a « tué » son père, et un gars qui a épousé sa « mère », le genre Electre t’vois !

*L’anagramme de Emmanuel Macron est « Maman énorme cul », Dame Brigitte appréciera !

B/ Jeux de mots ou à-peu-près de Pierre: *Enième grève des boueux à Marseille: Si les poubelles furent vidées dans la Grande Bleue, des couillettis continuèrent à faire trempette car ils ne virent point la grève des ordures mais nagèrent.
*Alphonse avait raison: Ce bon Daudet redoutait le gaz Tartarin dans la scierie de Tarascon.
*Out of Africa: Un vieux Président queutard pratiquait tellement le coït que les femmes craignaient ces coups tirés.
*Retour en Afrique: Là où habite Jean se trouve un tas d’immondices gardé par un grans serpent puant et menteur comme pas deux. Si des couillons demandent à ce reptile répugnant d’où viennent ces odeurs pestilentielles, voici ce que cette bestiole immonde répond: « Là où fouette, boa nie ! »
*Un peu d hygiène: Léopold, ce dard sent fort.
*Toujours Dakar: J’ai connu le défunt Président chantre de la négritude. Jadis, un jour, Léopold alla au bordel et prit du bon temps auprès de nombreuses créatures pleines de fougue au vu du membre du coquin très en forme. Mais quand repu, assouvi, détendu, « au repos », il voulut se retirer _ à tous points de vue au demeurant _ la tenancière lui alloua gratis deux autres péripatéticiennes en lui chuchotant: « Allez hop Paul, ces garces encore ! », d’où le nom qui lui fut donné, et qui resta pour la postérité.

C/ Aphorismes ou à-peu-près trouvés sur le web:*La vraie vieillesse, c’est quand ton dentier lui-même perd ses dents.
*Du côté de chez Swatch de Prout; l’iPad et l’Odyssée d’Omer (Simpson).
*Mon arrière-grand-père était sur le « Titanic ». D’aussi loin que nous le sachions dans la famille, il y est encore !
*Comment appelle-t-on un chien qui fait des tours de magie ? Un labracadabrador.